Invocation
MageGaHell Aerth
Aerth, récits fantastiques
Commentez !     T T T  
Chapitre 12 : Au coeur des glaces, le Temple de L'Eau

Chapitre 12 : Au coeur des glaces, le Temple de L’Eau

(Errare Humanum Est...? - Heroïc-Fantasy - 8/01/2003)

"Arrière créature satanique !" hurla Ysandre en brandissant son médaillon sacré.
"Evidement, commençant comme ça, ça va pas être facile..." soupira Halonn en se cachant les yeux.
"Attends, Ysandre ! Il nous a déjà aidés, non ? On pourrait au moins écouter ce qu’il a à dire." déclara Derym.
"Ouais ! Je suis assez curieux d’entendre l’histoire de notre mystérieux et non-mort passager clandestin." renchérit Lelfe, gardant quand même une main sur son pendentif sacré de Lathandre.
Une cavalcade se fit alors entendre derrière eux : Groumpf arrivait en réponse au cri de la Paladine, une gigantesque hache à deux mains prête à occire tout indésirable. Il grogna en voyant Halonn mais n’attaqua pas : on ne le lui avait pas demandé et le chevalier albinos les avait aidés récemment.
"C’est un Vampire ! Un suceur de sang ! Un maudit ! La seule chose à faire est de lui apporter la miséricorde de la vraie mort et de prier pour le salut de son âme corrompue." continua la Paladine.

"Je ne te savais pas si intolérante... Pas très esprit du Paladin, Ysandre !" déclara Thiki qui suivait Groumpf, encore à moitié endormie. "Z’aviez pas remarqué la dernière fois qu’c’était un mort-vivant ?"
"Tu le savais ! " crièrent en cœur les autres héros.
"Bah, ouais... J’ai des yeux moi ! Je l’ai un peu blessé quand j’ai balancé l’eau bénite dans l’entrepôt."
"Et tu ne nous as rien dit ?" remarqua Derym.
"C’était important ? Il nous a aidés, non ?"
Devant tant de gens curieux et tolérants, Ysandre se sentit un peu honteuse. Quoique toujours méfiante elle abaissa son insigne divin. Halonn pu se détendre un peu. Ils conduisirent le vampire dans la salle à manger, plus propice aux discussions que la cale. Là Lelfe disparut un instant derrière la cambuse pour préparer un peu de café. Sous le regard inquisiteur de la troupe, l’albinos commença ses explications.

"J’ai eu une vision. C’est elle qui m’a conduit à me porter à votre secours dans Everwhite. Mon Dieu m’a confié une quête : vous protégez."
"Comme c’est pratique !" ricana Ysandre. "Et quelle Divinité servez-vous, puissant guerrier ? Qui se soucie de nous à ce point au panthéon ?"
"Je sers Zielchès, L’Oeil du Ciel ! Il est le gardien de ceux qui cherchent dans les ténèbres. Vous connaissez ? Ce n’est pas vraiment un culte très répandu."
"Jamais entendu parler..." grommela Ysandre. Elle jeta un coup d’oeil vers Lelfe qui haussa les épaules. Derym ne semblait pas plus informé.
"Il existe tellement de Dieux et de Cultes divers...." commença Lelfe, intéressé pour étendre sa culture.
"Oui, oui." coupa Ysandre "Mais ceci n’explique pas pourquoi il est un vampire !"
"C’est malheureusement assez simple... Mon culte encourage l’aventure et l’action, afin de porter secours aux explorateurs qui s’enfoncent dans les ténèbres à la recherche de la gloire et de la connaissance. Je fus ainsi capturé et contaminé en aidant un groupe d’aventuriers dans une nécropole sordide..." continua Halonn.
"Tiens, je croyais qu’il fallait accepter volontairement le sang d’un vampire pour devenir un vrai suceur de sang indépendant." fit remarquer Lelfe. Halonn se retint de le foudroyer du regard. Cet Elfe était vraiment trop malin ! Juste au moment où sa pathétique histoire (il avait fallut une nuit entière au guerrier pour l’inventer et la crédibiliser).
"Euh.. Pas toujours apparemment ! Cela doit venir de ma nature d’albinos... Je dois dire que je n’aime pas trop me souvenir de ces moments déplaisants... J’étais faible et blessé, à demi fou et inconscient après le massacre de mes compagnons : j’ai pu accepter le sang sans m’en rendre compte..." répondit Halonn.
"Triste histoire..." marmonna Thiki "Maintenant on dort ?" Avant que quelqu’un interroge plus avant le vampire albinos, Derym bondit comme piqué par une aiguille.

"On a un problème plus urgent !" cria le jeune homme en courant vers le pont.
Après un instant de flottement, le groupe s’élança à la suite du Druide. La nuit glaciale était tombée depuis longtemps et seul un mince croissant de lune perçait les nuages. La mer était noire et froide. Un vent assez puissant faisait fendre les flots au bateau des héros, accentuant encore le froid arctique.
"Qu’y a-t-il ?" demanda Lelfe.
"Un obstacle... Devant nous."
Lelfe plissa ces yeux d’aigle et utilisa son infravision pour percer les ténèbres.
"Je vois rien..."
"Laissez faire ! " cria Thiki à ce moment là. Elle portait sa lourde arbalète et y enclencha un nouveau type de carreau. Sous le regard interrogateur de ses amis. Sans même viser, elle décocha le carreau vers l’avant du bateau, le plus loin possible. Dès qu’il heurta les flots, une flammèche crépitante jaillit et resta à la surface de l’eau, éclairant vaguement les environs.
"Sodium, Phosphore et deux trois autres trucs." expliqua Thiki "Je me demande si ça marchera aussi bien sur des gens..."
"Eh ! Y’a bien un gros truc devant ! Une sorte de gros mur..." s’exclama Ysandre.
"J’ai vu... Je crois qu’on appelle ça un iceberg. C’est de la glace : C’est pour ça que je l’ai pas vu en infravision. Félicitations Derym !" dit Lelfe.
"Si je puis me permettre... On ne devrait pas faire quelque-chose là, non ? C’est qu’on fonce dessus à pleine vitesse." fit remarquer Halonn. ++++ Aux ordres de Lelfe (à la barre) et de Thiki (grande coordinatrice), le groupe d’aventuriers frigorifiés s’empressa de tenter de détourner le navire de sa folle course. Halonn se rendit merveilleusement utile : étant déjà mort il ne sentait pas le froid et n’était pas engourdi en manipulant cordages et voiles quasi-gelées. Soucieux de se faire bien voir, le passager clandestin exécuta les ordres avec diligence. De plus, il semblait avoir quelques connaissances en navigation et il fit des suggestions éclairées afin d’aider Lelfe et Thiki. Finalement ils réussirent à dévier suffisamment le cap pour ne pas s’écraser contre la montagne de glace flottante, malgré le vent et les courants. A quelques encablures de l’iceberg, le groupe contemplait la muraille de glace.
"Impressionnant !" souffla Thiki.
"On approche du cercle polaire." fit remarquer Lelfe. "Va falloir être prudent : les icebergs vont devenir très fréquents... Thiki ! T’as d’autres carreaux lumineux ? On devra faire des tours de garde."
"Ce serait du gaspillage ! Je te rappelle que les vrais marins sont capables de naviguer normalement la nuit, même dans ces eaux glaciales. Si tu avais fait attention, tu saurais que nous avons embarqué une collection de lampes-tempête. Avec ça on verra mieux et on risquera pas de cramer le bateau."

Ainsi, ils disposèrent l’éclairage suivant les directives de l’adolescente. Halonn se proposa pour monter la garde et surveiller le bateau la nuit. Il y voyait assez bien de nuit, ne se souciait pas du froid et serait inutile en pleine journée. Le choix semblait logique, mais encore un peu inquiétant. Ysandre, méfiante ("Prudence élémentaire !" dit elle à Derym), se proposa de lui tenir compagnie, à la fois pour le surveiller et pour apprendre à mieux le connaître. La proposition fut acceptée à l’unanimité.
"Et pas de visites nocturnes : je te surveille !" menaça la Paladine.
"Ne crois pas toutes les légendes : je peux me contrôler sans boire le sang d’une vierge chaque nuit." répondit Halonn, venimeux.
"Ouais. En tout cas, t’approche pas trop de moi quand même, le blanchâtre ! J’ai encore un peu d’eau bénite." cria Thiki en allant se coucher. "Et n’embête pas trop Ysandre ! C’est mon job !" finit la gamine en rigolant.
"De toute façon j’ai des réserves." répondit le vampire.
"Quoi ! Et prises sur qui ? " demanda la Paladine, inquisitrice.
"Et bien... Quelques fidèles du culte m’ont offert généreusement de leur sang pour soutenir ma quête, ainsi que des fioles magiques pour le conserver." improvisa Halonn en toute hâte.
Ce n’était pas d’ailleurs entièrement faux. Sauf que le don de fluide vital n’avait pas été volontaire et s’était avéré fatal pour les faux fidèles de Bhaal. Son nouvel employeur ne voulait laisser aucune trace. En tout cas, il avait réussi à se faire plus ou moins accepter par l’équipe de Derym. Mais il sentait que la jeune Paladine mettrait du temps avant de lui faire confiance. Il soupira : la nuit promettait d’être longue.

La nuit s’écoula presque paisiblement et Halonn se plia en quatre pour satisfaire la Paladine. De temps en temps, Derym venait les avertir de la présence d’un nouvel iceberg, avant même que les deux veilleurs ne les aperçoivent. Nul ne savait comment l’apprenti Druide détectait les masses de glace, mais c’était efficace. Dès qu’il fut réveillé, Lelfe tenta d’en faire de même en se plongeant dans ses pouvoirs druidiques. Sans succès. Thiki dormit jusqu’à point d’heure, épuisée par sa première et longue journée en mer. Par contre, une fois réveillée elle devint intenable et parcourut le bateau sans relâche pour vérifier l’état du navire tout en s’émerveillant sur le paysage. Ils voguaient en effet maintenant sur une mer bleu-gris sombre, entourés de plus en plus par les masses blanches prodigieuses des icebergs. La traversée se poursuivit sans incident notoire sur la mer grandiose du nord. Le froid et les icebergs devenaient de plus en plus présents mais les talents de navigateur des héros s’amélioraient et avec la prescience de Derym ils ne craignaient pas grand chose. Ils apprirent même à apprécier Halonn : fier guerrier et homme de foi, il savait se montrer charmant et cultivé. C’était aussi un redoutable bretteur : il fit une nuit de veille un match amical contre Groumpf et tint tête pas mal de temps au géant. Il perdit tout de même, dépassé par la force brutale de son adversaire. Un respect mutuel se noua entre les deux combattants. Puis un jour Lelfe annonça au groupe qu’ils étaient arrivés.

"Mais on est au milieu de nulle part !" s’écria Thiki. "_ Je ne vois pas le Temple... Tu es sûr, Lelfe ?" poursuivit Derym.
"Ecoute : tu m’as donné une carte du monde, je te le rappelle ! Même une petite croix représente une énorme superficie à cette échelle. Et on est dans la zone."
"Va falloir chercher, alors : ouvrez tous l’œil !" conclut Derym, absolument pas découragé pour un sous.
Et ainsi chacun se mis à scruter les flots et les icebergs à la recherche du mystérieux Temple de l’Eau.
"Et ça ressemble à quoi exactement ?" demanda Ysandre, toujours pratique.
"Aucune idée." répondit innocemment Derym. "Je le saurais probablement en le voyant."
"J’espère juste que c’est pas un truc sous la flotte..." murmura Lelfe "Je vois pas d’îles sur la carte. Quoiqu’à cette échelle..."
Les jours passèrent tandis qu’ils sillonnaient vainement la zone. Soudain, Derym se redressa, comme lorsqu’il sentait la présence d’un iceberg.
"Par là !" dit-il d’un ton impératif.
Curieux Lelfe mit le cap sur la direction indiquée par le Druide. Le jeune homme s’installa en proue du navire et les guida d’une voix ferme. Il semblait comme en transe. Lelfe et les autres n’en menaient pas large : toute la journée, le jeune homme les conduisit au travers des icebergs de plus en plus nombreux et rapprochés. Ils circulèrent parfois entre d’immenses falaises glacées, prêtes à s’effondrer et à les broyer en un instant. ++++ Finalement, il pointa son doigt vers une colossale montagne de glace, mur gelé absolument infranchissable.
"Euh... T’es sûr là ?" questionna Lelfe, pas rassuré.
"Oui. Certain !"
Soupirant et malgré les regards inquiets des autres, Lelfe mis le cap droit vers la barrière de glace. Derym descendit chercher ses affaires comme un automate. Quand il remonta, le bateau fonçait droit sur une paroi glacée.
"Là, on devrait vraiment s’arrêter !" cria Lelfe. "On va droit au crash !"
Derym se précipita à l’avant de l’esquif et brandit devant lui le cylindre-messager portant la rune de l’Eau. Une note aiguë se fit aussitôt entendre. Devant eux, la paroi s’effondra sur elle-même en une pluie de glace et de fine poussière neigeuse. Une ouverture béante fut ouverte dans le coeur de l’iceberg. Le bateau s’y engouffra alors, plongeant dans un énorme tunnel de glace blanc-bleu polie.
"Alors ça, ça en jette !" déclara Thiki, estomaquée.
"Je crois qu’il a trouvé..." murmura Lelfe stupéfait.

Le navire traversait maintenant un long et sinueux tunnel au travers de la glace. Le groupe d’aventuriers gelés ne se sentait pas vraiment rassuré ainsi cerné par les dures et inquiétantes parois. Il fallait toutes les compétences nautiques de l’équipe pour éviter une rencontre malheureuse avec la glace bleu-blanche qui les entourait.
"Ce truc est naturel ?" demanda Lelfe intrigué à Derym. "ça n’a pas l’air taillé ou construit."
"Probablement pas. Regarde : y’a des lampes !" coupa Thiki.
En effet des lumières magiques aux flammes douces et bleutées, éclairaient l’étrange tunnel.
"Cela a dû être creusé par magie. C’est magnifique en tout cas !" répondit Derym qui semblait avoir émergé de sa transe.
"En effet." déclara Halonn en sortant de la cabine principale du bateau. Le bruit d’effondrement et son intuition avait réveillé le vampire. Sous la couche épaisse de glace, il ne craignait pas le soleil. Prudent, il restait quand même dans l’ombre. En tout cas il ne regrettait pas d’avoir accompagné les aventuriers, ni de s’être réveillé : le spectacle valait vraiment le détour ! Leur embarcation finit par déboucher dans une caverne, véritable bulle sous la glace. Dess quais taillés dans la glace luisaient doucement en attendant leur bateau. Un gigantesque escalier en partait jusqu’à atteindre une titanesque porte ornementée, elle aussi de glace et de givre. Ils s’amarrèrent donc et descendirent. Chacun avait hâte d’explorer l’endroit malgré le froid mordant.

A leur grande surprise, ils étaient attendus : une jeune adolescente elfe, à la peau très pâle et aux cheveux court (à part une longue tresse du coté gauche) d’un blond presque blanc les attendait au pied de l’escalier. Derym reconnut les vêtements simples et la coupe de cheveux des apprenties-Druides. Il salua poliment la demoiselle qui ne quittait pas le groupe des yeux.
"Bonjour. Je suis Derym Oanëdatol, envoyé en mission par le Haut-Druide Neshironn Kel’Dias. J’ai un message à remettre en mains propres et sans délais au Haut-Druide Gardien du temple de l’Eau." en brandissant le cylindre-messager.
La jeune fille resta silencieuse un moment.
"...Je crois que je peux vous faire confiance. Vous avez franchi la Porte sans mal. Votre mission semble authentique. Je vais vous conduire à la Maîtresse Sal’Eston. Mais... Qui sont ces gens ?"
"Oh ! Ce sont des amis ! Ils ne dérangent pas au moins ? Je ne suis pas très au fait des traditions... Je suis moi-même encore un novice. Mais, j’aimerais assez qu’ils soient autorisés à m’accompagner : ils m’ont aidé à arriver jusqu’ici et je ne souhaiterais pas les laisser se geler ici."
"Bon, très bien... On n’a que très peu de visiteurs. Ils peuvent venir, mais c’est la Maîtresse qui décidera en fin de compte..."

Emboîtant le pas à l’apprentie druidesse, ils gravirent doucement l’escalier de glace jusqu’à la porte monumentale. L’ascension était difficile sur ces marches gelées et abruptes et elle dura longtemps. Seule la jeune fille et Lelfe ne semblaient pas épuisés en arrivant au sommet. Derym faisait des efforts visibles pour ne pas souffler bruyamment ou trébucher devant sa jeune consœur. Leur guide prononça une parole mystique et la porte s’ouvrit dans un courant d’air givré. Un long corridor aux murs carrés se découpait dans les ténèbres. Toute fière de ses pouvoirs, la petite elfe créa magiquement une sphère saphir lumineuse.
"Le Chemin des Anciens." commenta-t-elle.
Ils s’avancèrent aux creux des glaces sinuant dans les ténèbres. Soudain Ysandre et Thiki firent un bond de côté : elle venait de voir ce qui justifiait le nom du couloir. Enchâssés dans la paroi aux murs transparents et lisses, il y avait des corps d’elfes en tenue d’apparat. Des cadavres d’anciens Druides...

"C’est joyeux comme endroit..." murmura Lelfe.
"Nous honorons ainsi nos plus grands dirigeants, nos Saints et les héros au service du Temple. Ils sont là, intacts tant dans leurs corps que dans notre mémoire, véritables exemples pour les novices. Certains sont là depuis plus de 20 000 ans."
"Waouah !" s’exclama Derym, fasciné : il ne connaissait pas cette coutume. Il se redressa pour se présenter dignement devant les regards des anciens Maîtres.
"Un rien morbide quand même..." grommela Thiki.
Après une longue marche, ils arrivèrent devant la sortie apparente du tunnel. Une lumière crue en filtrait. Problème : un torrent d’eau s’abattait au travers de l’ouverture.
"Il faut maintenant traverser le Flot de Purification. Veillez laisser ici vos vêtements et vos armes... Il y a une alcôve dissimulée pour les accueillir, ainsi que des couvertures et des vivres si certains d’entre-vous désirent ne pas nous suivre."
Elle déverrouilla la cache et commença à se dévêtir sans gêne.
"Eh ! Pas devant tout le monde" s’écria Ysandre en faisant pivoter d’un regard les hommes du groupe.
"Passez donc devant : ils nous fourniront des vêtements sacrés dehors." dit Derym de dos.
"Moi, je reste ici. C’est trop... lumineux, dehors." déclara Halonn. "Je garderais les affaires. Tant pis si on croit que j’ai peur du froid. Et faîtes gaffe sans moi."
"Ici, on risque rien !" répondit Derym, la voix vibrante de Foi. "C’est un endroit sacré."
"L’utilité d’un protecteur vampire est... étonnante." dit gaiement Lelfe, taquin. "Ton Dieu à sacrement le sens de l’humour."
L’albinos lui lança un regard noir. ++++ Pendant ce temps Ysandre et Thiki s’étaient dévêtues pour suivre l’elfe, la Paladine lançant des regards furtifs pour surveiller les mâles.
"M-m-mau-maudite s-soit m-m-ma curio-si-sité !" jura Thiki en plongeant nue au travers de la cascades glaciale.
"C-c’est un-un p-p-péché !" grommela Ysandre en là suivant en grelottant. "V-vous a-a-attendez notre signal !" cria-t-elle aux hommes avant de disparaître dans les flots limpides.
Lelfe souriait benoîtement devant ses camarades qui faisaient semblant d’être absorbé par autre chose. Une fois les filles disparues, ils se dévêtirent promptement, transis de froid.
"V-vous sa-savez, la gla-glace d-des murs à des propriétés intéressantes : elle r-renvoie très b-bien la lumière" déclara Lelfe dans un clin d’oeil en se jetant sur le mur d’onde.
"T’as regardé !" s’écria Derym en se jetant à la poursuite de son ami qui rigolait.

Le contact avec l’eau déferlante fut terriblement glacial. Le poids colossal de la chute d’eau les flagellait de milles aiguillons de givres, paralysant leurs muscles et ployant leurs échines. La traversée ne dura qu’un bref instant, mais ils émergèrent comme après un long périple. Ils pouvaient à peine respirer. Pourtant, une fois à l’extérieur, une douce chaleur les envahit. La jeune druidesse les accueillit, proposant serviettes épaisses et chaudes ainsi que des vêtements à leur taille (enfin, plutôt un ensemble de vêtements noués entre-eux pour Groumpf). Groumpf et Derym cachèrent aussitôt leurs parties intimes, légèrement honteux de s’exhiber ainsi devant la jeune elfe. Ysandre et Thiki s’étaient pudiquement retournées. Lelfe lui ne semblait nullement se soucier de sa nudité, perdu dans la contemplation du paysage. Comme Halonn l’avait remarqué, le soleil était visible : il était manifestement dans une caldéra volcanique à ciel ouvert. Devant eux, la cascade masquant l’entrée du tunnel formait un torrent qui traversait rapidement une étendue de galets avant de rejoindre un lac impressionnant. De la fumée blanche émergeait du lac et quelques geysers s’élançaient périodiquement dans le ciel Visiblement le lac d’eau chaude fumante était responsable de la température douce qui régnait ici.

Entre les brumes, le groupe de héros, maintenant habillés de blanc, devina un splendide édifice de cristal et de saphir finement taillé. La jeune apprentie les guida vers une embarcation à fond plat et ils purent, sans voix, admirer l’architecture élancée et élégante du Temple de l’Eau. Des geysers de vapeur et des fontaines splendides rendaient le bâtiment évanescent et encore plus impressionnant. Ils accostèrent tranquillement sous le regard imperturbable de gigantesques élémentaux aqueux. Des golems de glace tout aussi impressionnants étaient chargés d’ouvrir chaque porte colossale et finement décorée du Temple. Devant la beauté resplendissante de l’édifice, le groupe se laissa conduire dans un silence de pénitent. Dans un bureau somptueux nanti d’une baie vitrée ouverte sur le lac, ils furent mis en présence d’une vieille femme elfique. Leur guide se retira humblement. Derym resta un moment sans voix, contemplant la Haute-Druidesse au regard bleu glacier empreint d’une sagesse millénaire. L’elfe, très grande et âgée restait pourtant somptueusement belle : sa peau avait la pâleur et semblait douce comme la neige fraîchement tombée. Son visage délicat respirait la noblesse et la détermination. Et elle avait de très longs cheveux blanc-bleu pâles qui cascadaient librement jusqu’à ses pieds. Elle avait tout d’une reine, vêtue d’atours qu’auraient enviés bien des riches courtisanes. Elle semblait considérer le groupe froidement, avec un certain dédain, comme s’il n’était pas digne d’être mis en présence de pareille beauté alliée à une sagesse incommensurable.

"Je suis la Haute-Druidesse Gardienne du Temple de l’Eau, Elue de Gaïa et Maîtresse Elémentaliste. Je me nomme Sal’Eston Kaldorynn El Fodyas. Et vous êtes ?" déclara finalement la reine de glace d’une voix calme.
"Excusez-moi ! Je suis Derym Oanëdatol, au service du Haut-Druide Neshironn Kel’Dias..." balbutia Derym en tentant de se reprendre.
"Certes. J’ignorais qu’il avait un apprenti. Humain de surcroît. Et que me voulez-vous, vous et votre clique ?" répondit froidement la Haute-Druidesse.
"Veuillez m’excuser, Votre Grâce." fit Derym en exécutant maladroitement une révérence, aussitôt imité par les autres. "J’ai un message pour vous."
Il lui tendit le cylindre-messager.
"Voilà qui est fort étrange et inattendu." déclara-t-elle en prenant l’objet. "Peu d’entre nous respectent encore cette vieille tradition. Ce message doit être important et je vous remercie. Mes méditations n’ont pas été troublées pour rien."
Derym recula cérémonieusement tendit que la Haute-Druidesse s’attablait devant un bureau de cristal pour déchiffrer le message. Elle ouvrit sans mal le cylindre d’une incantation secrète. Il contenait visiblement un long parchemin luisant ainsi qu’un saphir poli d’un bleu profond.

Visiblement ce contenu la surprit et elle dévora littéralement la lettre. Diverses émotions contradictoires éclairèrent brièvement son visage.
"Enfin..." murmura t’elle en terminant.
Dès qu’elle reposa le parchemin celui-ci s’embrasa et tomba en poussière. Visiblement le message était confidentiel, ce qui attisa la curiosité des héros. La Haute-Druidesse plongea ses yeux perçant dans ceux de Derym, qui n’osa pas bouger. Il soutint longuement son regard.
"Je vous remercie, apprenti, vous avez magistralement accomplit votre mission... Il y a pourtant un corollaire. Votre Maître voudrait que je vous fasse subir une certaine épreuve. Serez-vous assez courageux et volontaire pour l’accepter ?"
"Je le suis !" déclara Derym en se redressant fièrement. "Et que dois-je faire exactement ?"
"Vous devez apporter cette gemme de liaison au plus profond du Temple, en surmontant les épreuves et les énigmes. Ce n’est pas facile. Êtes-vous toujours décidé à suivre le commandement de votre Maître ?"
"Je suis prêt à tout ! Je n’ai pas peur... Mais j’ai une question : cette épreuve est-elle individuelle ou est-ce que mes amis peuvent venir et m’aider ?" ++++ La Haute-Druidesse dévisagea lentement le groupe d’aventuriers. Chacun s’inclina devant l’imposante présence.
"Je n’y vois pas d’inconvénient, s’ils sont volontaires, bien sûr..."
Elle sonna une clochette d’argent et sa jeune apprentie apparut aussitôt.
"Fais les se restaurer et se reposer, avant de les conduire à la Porte du Mystère. Ferme d’ailleurs après eux : ils devront trouver eux même une autre sortie..." Sur ces paroles un rien inquiétantes, elle fit un signe leur indiquant de se retirer. Excités par le défi et la curiosité, les aventuriers insistèrent pour partir immédiatement : ils étaient déjà suffisamment prêts et reposés. Heureusement, leur guide leur annonça qu’ils auraient sûrement besoins d’armes et d’équipement (voilà qui troubla et excita le groupe). Ils furent autorisés à reprendre leurs possessions afin d’affronter correctement l’épreuve. Halonn préféra les attendre, ne sachant pas si l’épreuve aller les faire passer au soleil. Il les encouragea à la plus grande prudence. Le groupe fut conduit devant une porte monumentale gardée par deux Seigneurs Elementaux. L’apprentie leur ouvrit et ils furent bientôt seuls, devant un escalier de lapis-lazuli descendant au coeur du Temple.

"Que se passe-t-il Maîtresse ?" demanda l’apprentie une fois de retour. "Pourquoi un étranger, un humain inconnu est-il autorisé à passer l’épreuve du Lien ?"
"Pas de jalousie mal placée ! L’épreuve est difficile et ceux nommés par les Hauts-Druides sont choisis secrètement."
"Mais... Je croyais aussi que c’était une épreuve individuelle et personnelle ! Comment juger de la Foi et de la compétence d’un groupe aussi disparate ?"
"Certaines circonstances nous obligent parfois à bouleverser les règles, apprentie. Nous seuls sommes juges de ce qui est juste ! Retire-toi et va méditer sur ton manque de respect envers les décisions des sages."
Une fois l’adolescente partie, la Haute-Druidesse sourit doucement : pourvu que Derym et son groupe réussissent ! Tant de choses allaient changer maintenant. Elle prit un miroir de glace et murmura une incantation de Clairevision : cela s’annonçait passionnant !

"Alors, qu’est-ce que ça dit ?" demanda Ysandre.
"Que nous avons seulement six heures pour sortir de là. Sinon, ce labyrinthe sera inondé..." répondit Derym en déchiffrant la plaque dorée au-dessus d’une porte.
"Même traduction." dit Lelfe en réponse au regard inquiet de la Paladine.
"Sympa de prévenir maintenant ! ça doit faire deux heures au moins qu’on tourne dans ce souterrain humide et glacé." grommela Thiki.
"On continue le plus vite possible, alors !" déclara Derym
"Malheureusement faut une clé pour cette porte..."
"Désolé" répondit Ysandre, penaude "J’étais pourtant sûre d’avoir répondu correctement à l’énigme..."
"Pas grave ! On va pas se laisser emmerder par une porte !" déclara Lelfe.
Il sortit tout un ensemble d’objets métalliques et de passe-partout avant de s’attaquer à la serrure.
"Eh ! Tu ferais mieux de vérifier si..." commença Thiki, paniquée.

"Aaaaïiiee !" hurla Lelfe : un épieu de glace lui transperçait à présent l’épaule. Son agilité et la remarque de Thiki lui avaient sauvé la vie : le piège visait son coeur.
"Non, mais quel imbécile..." murmura Ysandre en soignant magiquement le Barde avec l’aide de Derym.
Après moultes soins magiques et potions revitalisantes, Lelfe était de nouveau prêt.
"Pas la peine : la serrure s’est bloquée quand le piège s’est déclenché..." lui apprit Thiki.
"Humm. Pas grave..." répondit-il l’air déterminé. "Groumpf ? Porte, s’il te plait !"
Sous le regard médusé des autres compagnons, le géant brandit son énorme marteau de guerre à deux mains et l’abattit dans un fracas titanesque sur la porte. Elle céda en quelques coups, malgré sa robustesse.
"...Primitif, mais efficace." murmura Thiki, qui elle n’avait pas vu le colosse défoncer le mur de la tour de son Maître maudit. Derym semblait un peu plus chagriné.
"J’espère que la Haute-Druidesse ne nous en voudra pas trop... J’espère qu’on ne profane pas le Temple en agissant ainsi."
"C’était la seule solution !" répondit Lelfe. "Du moment qu’on ne nous fait pas payer les dégâts." ++++ Devant son miroir de clairevision, la Haute-Druidesse soupira. Le groupe de Derym était loin d’être performant ! Elle aurait dû s’en douter : l’apprenti druide était bien trop jeune pour les challenges de cette épreuve. Et en plus le groupe qui l’accompagnait le distrayait plus qu’autre chose ! Cette quête nécessitait patience, courage, détermination et Foi. Et ils y allaient comme pour s’amuser. Elle hésita un instant à leur venir en aide, malgré ses principes et sa répulsion devant ce genre de procédés. Finalement, elle ne fit rien : s’ils ne sortaient pas vivant de ça, inutile de le laisser continuer plus avant et déranger ses collègues. Il fallait garder espoir : après tout Kel’Dias l’avait choisit...

Le temps passait trop vite au goût des aventuriers qui se démenaient dans le donjon situé sous le Temple. Malgré le sens de l’orientation quasi-magique de Derym, la traversée de ce labyrinthe était fastidieuse. De nombreuses énigmes tordues et des pièges sournois leur barraient le passage. Le plus souvent tout était écrit en Ancien Elfique, langue fort peu pratiquée. Les traductions prenaient un temps fou et tous sentaient qu’ils étaient en retard.
"Désolée... C’est moi cette fois." s’excusa Thiki, trempée après un plongeon dans une fosse dissimulée pleine d’eau glaciale.
"Pas grave, je l’avais pas vu non plus !" répondit Lelfe en la hissant avec Groumpf.
"Inutile de t’en vanter." souffla Ysandre.
Ils erraient depuis de nombreuses heures dans ce Temple sournois et la fatigue et le stress leur faisaient de plus en plus souvent commettre des erreurs. Ils se reposèrent donc un moment, pour se réchauffer (le temps était glacial) et se restaurer un peu.

Ils se remirent trop vite en marche à leur goût, mais le temps pressait. Le groupe arriva devant un long escalier de glace, descendant pendant une éternité dans un gouffre obscur.
"Y’en a pour des heures !" gémit Thiki "J’ai mal aux pieds !"
"En plus, c’est de la glace : on risque de tomber et d’entraîner quelqu’un avec nous..." renchérit Ysandre.
"De toute façon on n’a pas le choix." déclara Derym, décidé.
"Humm... On a toujours le choix." répondit Lelfe pensif. "Thiki ! Aide-moi ! On doit pouvoir descendre autrement. c’est de la glace... Humm... Pourquoi pas en utilisant le bouclier d’Ysandre comme une luge ?"
"Une quoi ?" s’écrièrent Thiki et Derym
"Une luge. C’est un jouet de bois qui servent aux enfants pour dévaler les pentes couvertes de neige. J’en ai fait quand j’étais gosse."
"Je n’en doute pas. Tu adores les trucs bizarres !" s’exclama Ysandre
"Mais c’est irréaliste : on tiendra jamais tous là dessus."
"Ah oui..."

Thiki s’était relevée. Et marchait de long en large, pensive. Lelfe avait enflammé son imagination.
"Pourquoi pas... Le principe est bon après tout. Montrez-moi vos affaires !" s’écria la jeune fille.
Ils étalèrent sur le sol tout ce que l’adolescente jugea potentiellement utile. En cinq minutes elle bricola une étrange embarcation à l’aide de cordages, de fourrures et du bouclier de la Paladine.
"Voilà : le bouclier sert de base stable et d’interface. Pour la place supplémentaire, j’ai assemblé ces fourrures. Le cuir glissera sur la glace et le côté fourrure nous protégera un peu des chocs... C’est précaire mais ça devrait marcher !"
"Super !" s’enthousiasma Lelfe (visiblement le seul) "J’ai même une idée : je vais utiliser mon sort de Glisse sur le cuir afin qu’il n’adhère pas sur la glace ! En voiture."
Bien que pas très rassurés par ce plan, les autres membres du groupe prirent place sur la "luge" et prièrent leurs Dieux... Thiki et Lelfe étaient ravis et s’installèrent les premiers. Groumpf se mis en dernière position et poussa l’embarcation en avant d’un geste vif. Ils s’élancèrent dans l’escalier glacé.

"Attention, ça va secouer fort !" hurla Thiki. L’embarcation fonctionna bel et bien, dérapant sur les marches et les précipitant à vive allure vers les ténèbres. Des vibrations sinistres et douloureuses secouaient l’équipage suicidaire à chaque marche franchie.
"C-c-c’était p-pas un-une b-b-bonne i-idée !" s’écria Ysandre terrorisée.
Ils dévalaient l’escalier à une vitesse incroyable, arc-boutés pour ne pas faire chavirer l’étrange embarcation. les vibrations s’intensifiaient et Lelfe espéra vivement qu’ils seraient arrivés en bas avant que son sortilège ne s’arrête : le voyage pourrait alors devenir fort inconfortable... Brutalement ils s’abattirent sur une surface gelée et lisse, le bas de l’escalier. Ils franchirent à pleine vitesse une grotte taillée dans la glace, fonçant toujours tout droit vers une immense porte de fer forgé qui se découpait non loin devant.
"Et comment on arrête ce machin ?" cria Derym à Lelfe.
La figure de celui-ci se décomposa. Il tourna un regard désespéré vers Thiki qui prit une mine coupable.
"VOUS NE SAVEZ PAS !?!" s’écrièrent en cœur les autres passagers. ++++ "Trouvez un moyen et vite !" hurla Ysandre.
"On pourrait sauter en marche..." commença Lelfe. "Non, pas à cette vitesse."
"Freiner avec nos mains, peut être... Mais ça va faire mal !" essaya Thiki.
"Eh ! Voilà une idée !" s’écria Ysandre "Aux armes ! Chacun de son côté !"
Sous l’inspiration de la Paladine, ils dégainèrent (enfin ceux qui avaient des lames), et plantèrent simultanément leurs épées dans la glace. Choc. L’embarcation ralentit brutalement, mais ne s’arrêta pas. La secousse avait envoyé Lelfe et Ysandre s’écraser lamentablement contre les autres et ils s’empêtrèrent lamentablement au milieu des corps hurlant de leurs amis. Heureusement ils n’étaient pas tombés par-dessus bord, mais leur freinage était désormais inopérant. Groumpf restait leur seul espoir : le titan était assez fort et assez gros pour être stable dans ces secousses et dans la folle glissade. Il replanta son épée à deux mains dans la glace qui défilait sous eux. Il y eut un nouveau choc terrible, mais le géant tint bon, gardant sa lame plongée au coeur de la glace. La vitesse décrut mais la luge partit dans d’incontrôlables ruades. La porte métallique se rapprochait dangereusement... Groumpf s’arc-bouta sur sa lame, faisant jaillir des copeaux de glace et inscrivant une large traînée dans le sol derrière eux. La folle embarcation ne s’écrasa ainsi qu’à une faible vitesse contre la porte. Celle-ci s’ouvrit en grinçant, répandant du givre sur les héros groggy affalés par terre...

"On... ne... recommencera jamais... ça !" balbutia Derym.
"Ok pour moi..." répondit Lelfe en se relevant péniblement. "Rien de cassé ?"
"Groumpf va bien ! Marrant ce truc ! Mais fait un peu mal..."
"J’ai mal au cul..." déclara Thiki, courbaturée.
"THIKI ! Surveille ton langage, jeune demoiselle !" s’écria Ysandre.
"ça va, ça va... Bon, Ysandre râle, donc elle à rien. Tout le monde s’en est sorti alors ?"
"QUOI ?" hurla la Paladine "Je râle pas ! Je me dois simplement de corriger tes manières et..."
"Allons-y alors !" déclara Derym "Inutile de gaspiller le temps qu’on a gagné par cette folle chevauchée. De plus on est attendu."
Suivant le doigt pointé de l’apprenti-Druide, ils découvrirent sur un pont de pierres verglacées, un immense élémentaire de glace gardant une autre porte de fer. Le groupe rassembla ses affaires au plus vite et se dirigea prudemment vers la masse de glace vaguement humanoïde, apparemment immobile.

Derym s’avança le premier. L’être de cristal s’anima alors et dévisagea (?) l’apprenti-Druide.
"Je suis le Gardien du Lien. Le Gardien de la Salle de L’Eau, l’endroit Saint entre tous dans ce Temple ! Qui s’avance ?"
"Je ne nomme Derym, Gardien. Mon Maître Kel’Dias et la Haute-Druidesse de l’Eau Sal’Eston m’ont envoyé passer cette épreuve..." commença le jeune homme.
"Alors vous devez me terrasser pour continuer. Préparez-vous, mortel !"
"Y’a pas d’autre moyen ?" essaya Derym.
"Non !" cria l’être de glace en levant un poing colossal. Ysandre s’interposa entre lui et Derym, son bouclier sauvant le jeune Druide d’un pilon de glace. Le choc envoya les deux humains bouler à l’autre bout du pont. Cet Elémentaire était aussi fort que Groumpf !

Celui-ci réagit immédiatement. Pour chaque combat il était prêt ! Il attaqua vivement et balança un coup d’épée imparable sur le géant de cristal. La lame se contenta de se ficher dans le bras du colosse gelé. Pendant que Groumpf essayait de dégager son arme il reçut un coup de poing terrible de son adversaire. Il ploya et mit genoux à terre, abandonnant la lame dans le bras de l’élémentaire. Thiki et Lelfe restèrent en retrait pendant qu’Ysandre se ruait à l’assaut avec Derym pour secourir Groumpf. Ils avaient tous deux déjà pensé à un plan. Thiki modifiait son arbalète et Lelfe préparait un sort. La jeune voleuse tira simultanément quatre carreaux en s’avançant. Ils explosèrent tous contre la cible gigantesque, l’aspergeant d’un liquide jaunâtre et visqueux : de l’huile de lampe ! Aussitôt, Lelfe lança son sortilège de Trait de Feu, embrasant l’élémentaire couvert d’huile.
"Vous aussi !" cria Thiki aux combattants médusés "Rajoutez de l’huile pour faire fondre ce gros machin !"

Les autres aventuriers firent de même, vidant leurs réserves d’huile à lanterne et balançant quelques vêtements et chiffons pour entretenir le brasier. L’élémental émit un son curieux de douleur et fini par se liquéfier à demi. Il fit un geste et cracha un Souffle Glacial qui éteignit aussitôt les flammes. Bien que blessé, il restait superbement dangereux. Il le prouva en congelant à demi Ysandre d’un Cône de Froid. La Paladine sombra en hypothermie et s’effondra. Derym se précipita et utilisa sa magie druidique pour lui épargner de mourir congelée. Il se tourna vers Groumpf.
"Prends ton marteau et fais le exploser : vise les jambes !"
Le colosse guerrier obéit et asséna un coup terrible à l’être de cristal. Des fissures se répandirent dans les jambes de l’ennemi et il vacilla. Groumpf en profita pour porter un deuxième coup, ébranlant encore l’élémentaire. Mais l’être du froid se défendit en soufflant son haleine givrante sur le titanesque guerrier.

Cela aveugla Groumpf mais ne le paralysa pas : son sang bouillonnant d’énergie berserk l’avait sauvé. Cependant l’élémentaire en profita pour lancer un épieu de glace qui traversa douloureusement la cuisse de Groumpf. Le guerrier était désormais en position de faiblesse. Quatre carreaux se plantèrent à ce moment là dans la tête du monstre des glaces : Thiki avait pour une fois réussit à ajuster le tir de sa curieuse arbalète. Et la maligne gamine avait chargé celle-ci de ses nouveaux carreaux Phospore/Sodium... L’être de cristal n’y voyait plus rien, de larges flammèches crépitantes s’échappant de ses blessures. Derym attaqua se servant de son corps comme d’un bélier, se concentrant mentalement pour devenir plus dur que la glace. Il s’écrasa sciemment contre la jambe déjà fracturée de l’élémental. Elle céda dans un craquement sourd. L’apprenti druide fit une roulade périlleuse pour éviter la chute du colosse de givre. Il souriait, triomphant. Mais leur formidable adversaire n’était pas mort ! Il se redressa, en équilibre sur une jambe et s’apprêta à écraser le Druide de sa poigne de glace. ++++ "GROUMPF ! Plante lui ton marteau !" hurla Lelfe en lançant lui son épée magique dans le corps gelée du Gardien.
Le berserker blessé obéit tant bien que mal, portant une attaque terrible et fichant son arme de métal dans une jambe de l’élémentaire. Mais celui-ci ne bascula pas et continua de menacer Derym, qui esquivait difficilement les coups de son adversaire. Le druide avait lui aussi souffert de son attaque téméraire...
"Tout est perdu !" grogna Thiki en tentant de recharger au plus vite son arme.
Lelfe s’avança alors, sans armes. Il sortit sa harpe qu’il portait toujours en bandoulière et prit une profonde respiration. Il pinça violemment une corde : un son suraigu déchira l’atmosphère glaciale. Il y ajouta alors une note vibrante, poussant sa voix dans les plus aigus des harmoniques. Tous ses compagnons grimacèrent et portèrent aussitôt leurs mains à leurs oreilles pour se protéger de la cacophonie.

L’élémentaire s’arrêta, surpris mais nullement gêné par le son. Puis une sombre panique s’afficha sur son pseudo-visage. De ses blessures et des armes de métal fichées en lui se rependaient dans son corps de douloureuses fissures. La voix de Lelfe brisait la glace ! Les armes de métal enfoncées dans son corps vibraient comme des diapasons, en résonance avec la harpe du Barde. Groumpf et Derym, toujours oreilles bouchées, foncèrent sur le colosse de cristal qui se fracturait. Ils s’écrasèrent contre lui violemment. L’élémentaire vola en éclats dans un cri de rage, ensevelissant les assaillants sous un nuage de givre et de morceaux de glace coupants. Thiki et Lelfe se précipitèrent pour les dégager et les soigner.

"Géant ! Je savais pas que tu pouvais faire ça !" s’écria Thiki.
"J’ai été aidé : si l’élémental n’avais pas été aussi blessé, je n’aurais rien pu faire."
"Dommage que j’ai raté ça." commenta Ysandre à présent sortie de son coma glacial. "Quoique j’ai l’impression de l’avoir entendu même en étant évanouie !"
"Possible." ricana Lelfe. "Mon instructrice était elle une vraie soprano. Elle pulvérisait le verre par sa voix ! Elle n’aurait fait qu’une bouchée de cet élémentaire."
"En tout cas on a triomphé." déclara Derym. "Non, sans mal... Allons donc voir ce qui se cache derrière cette porte si bien gardée. Je vous rappelle que le temps court toujours..."
"Et en plus le récital de Lelfe nous a coupé toute retraite..." fit remarquer Thiki. En effet, la caverne de glace qu’ils avaient franchie en arrivant s’était à moitié effondrée... Cela devenait risqué de passer par là au retour !
"Alors, en avant vers la Salle de l’Eau." déclara Derym, le regard déterminé.

Ils pénétrèrent religieusement dans une salle immense. Les parois étaient de pierre bleutée couleur de mer. Un pinceau de lumière solaire issu d’une cheminée verticale creusée à travers la glace éclairait la salle. Le sol était de métal argent et parcouru par des veines d’or et illuminé par des glyphes pulsant de magie bleuâtre. Trois autels disposés en un triangle parfait encadraient un cercle magique formé de glace la plus pure avec au centre un autel de glace finement sculpté et curieusement luminescent. Mais le plus curieux était qu’au-dessus de ce dernier autel flottait une sphère parfaite d’eau liquide. Elle brillait doucement, ses flots éclairés de l’intérieur par une étrange lumière faisant alterner du vert, du blanc et du bleu. Le groupe resta silencieux un moment devant le spectacle et l’impression de pureté sacrée de l’endroit. Derym s’avança lentement, un rien effrayé par la majesté du lieu : il était dans l’un des saints des saints de son culte !

Conformément aux instructions de la Haute Druidesse, il sortit de sa poche le saphir sacré qu’il avait lui-même apporté au Temple dans le cylindre-messager de son Maître. D’après les instructions il devait le placer sur l’autel central. Il s’avança donc, fier de sa mission. Et s’écrasa contre un champ de force ! Jaillissant dans un éclat magique aveuglant, trois élémentaires surgirent des autels périphériques pour barrer le passage à Derym.
"Salutation, courageux disciple. Nous sommes les derniers Gardiens..." commença l’élémentaire de Terre d’une voix grondante.
"Pour poursuivre ta quête plus avant, à nos énigmes tu dois répondre..." poursuivit l’élémentaire d’Air en sifflant.
"Ou par la force en nous affrontant tu poursuivras ton chemin ?" gronda l’élémentaire de Feu dans un flamboiement menaçant.
"Choisis ta voie mais fais vite car le temps imparti est presque écoulé." termina l’élémentaire de Terre.

Derym, toujours estomaqué se tourna vers ses amis éclopés par le dernier combat.
"Comme tu veux, mais..." dit Lelfe d’un air las.
"SANS MOI !" cria Thiki "On n’a pas été brillant en énigme mais on va sûrement se rattraper."
"Groumpf taper ?" demanda le géant insouciant du danger.
"Je ne suis pas au mieux de ma forme et je trouve plus juste d’éviter le combat, mais je ne reculerai pas devant la difficulté..." déclara Ysandre en se redressant vaillamment.
La décision semblait évidente pour l’apprenti-Druide mais ça lui réchauffa le cœur de savoir ses amis derrière lui.
"Va pour les énigmes, Nobles Seigneurs Elémentaires. Mais puis-je consulter mes amis ?" Le trio d’êtres magiques se consulta en silence un instant.
"C’est acceptable ! Voici maintenant nos énigmes. Choisissez par qui vous voulez commencer !" s’écrièrent les élémentaire.

Chacun des êtres se plaça derrière un des autels disposés en triangle. Derym s’avança d’instinct vers l’évanescent élémentaire d’Air.
"Tu m’as choisi, maintenant écoute mon défi : Fille des larmes des Dieux du Grand Nord et du Souffle de Notre Mère, Je relie l’Air et l’Eau. On admire ma délicatesse et ma symétrique beauté. Pourtant tant de merveilles cachent une froide mort et d’un linceul ouaté je peux couvrir toute vie. Qui suis-je ?"
Les héros se consultèrent un instant. Lelfe et Thiki semblaient avoir la réponse. Leurs explications convainquirent Derym.
"Je pense que c’est la neige, puissant Seigneur. Elle est faîte d’Eau et d’Air, ses flocons sont délicats et d’une belle symétrie, pourtant la chute de ce blanc manteau en hiver peut entraîner la mort de maintes créatures ou de la végétation..."
"Bien raisonné, jeune homme... A présent je me retire et lève le premier sceau." dit l’élémentaire en devenant de plus en plus transparent jusqu’à disparaître. ++++ Derym se tourna alors vers l’élémentaire de Terre qui l’attendait patiemment, impressionnant de grandeur et de puissance brute.
"Tu viens vers moi à présent. Voici donc mon énigme : Je peux couler autant qu’être modeler, à la limite du solide, à la limite du liquide, je relie L’Eau et la Terre. Déchaîné part les éléments, je peux ralentir, engloutir, détruire voire tuer. Mais maîtrisé par les Hommes je peux les préserver. Qui suis-je ?"
Cette fois Derym trouva tout seul : il avait compris la logique des questions. Prudent il demanda leurs avis à ses compagnons et tous (à part Groumpf qui n’avait même pas compris la question) se rangèrent derrière le Druide.
"Je suppose qu’il s’agit de la boue, noble Seigneur de la Terre. C’est une substance composée d’eau et de terre qui coule ou colle. Elle peut former des torrents impétueux dévastant tout sur son passage. Mais les Hommes peuvent la modeler pour s’en servir pour construire..."
"Bien répondu, mon ami. Je me retire donc et brise le second sceau." Sur ces paroles, l’élémentaire se fracassa et disparut dans un tourbillon de poussières.

A présent, Derym se tourna vers le flamboyant et dernier Gardien : l’élémentaire de Feu.
"Tu arrives enfin à moi, je suis le dernier ! Pourras-tu répondre à ma question ? Là voici donc : Je suis le sang de la terre et ruisselle des plaies à vif de notre Mère. Je relie le Feu et L’Eau. Nul ne peut s’abreuver à mes rivières, mais dans l’eau la plus froide je suis créatrice avec panache ! Qui suis-je ?"
Là Derym séchait, il se tourna donc vers ses amis aventuriers. Thiki haussa les épaules : elle était à court d’inspiration. Ysandre réfléchit un moment, mais comme le Druide, elle avait l’impression d’avoir la réponse sur le bout de la langue sans pouvoir la donner. Lelfe réfléchissait, yeux mi-clos sans prêtait attention à l’élémentaire qui commençait à s’impatienter. Quant à Groumpf, il caressait déjà sa hache à deux mains montrant une autre manière d’en finir. Derym se creusa un peu plus les méninges, sans résultat. Soudain, Lelfe sortis de ses rêveries.
"Je l’ai !" s’écria t’il avant de chuchoter une réponse à Derym.
"Alors ça vient ? votre temps précieux est bientôt écoulé et cette pièce va disparaître sous les flots !" menaça l’élémentaire.
Derym consulta les autres et tous approuvèrent la réponse de Lelfe.
"Pardon, puissant Seigneur des Flammes. Il s’agit de la lave n’est-ce pas ? Elle s’échappe de la terre et de ses volcans et crevasses, formant des ruisseaux embrasés. Et en plongeant dans l’océan elle forme de nouvelle terre dans de grand souffle de vapeur..."
"Tu t’es montré malin et courageux, jeune Druide ! Je pars donc en brisant le dernier sceau. Hâte-toi à présent !" cria l’élémentaire avant s’évanouir dans une explosion de cendres rougeoyantes et de fumée.

Après la disparition du dernier Gardien, saluée par moult cris de joie et par des gestes victorieux de l’équipe, Derym s’avança à nouveau vers l’autel central. Cette fois, nul champ de force ne l’arrêta. Déchiffrant avec peine (et avec l’aide de Lelfe) les inscriptions sur l’autel, il obéit aux instructions et plongea son saphir sacré au cœur de la sphère d’eau en lévitation. Le contact était chaud et rassurant. Une puissante lumière bleue envahit la pièce, masquant même le rai solaire qui filtrait par le toit du Temple. Puis, sans avertissement, la sphère se dilata, s’étira en une colonne rugissante de flots déchaînés ! Le jeune apprenti Druide se fit emporter au cœur du maelström tournoyant.

Lelfe plongea, cherchant à saisir Derym. Trop tard : il se fit repousser et éjecter par la trombe d’eau emplissant le centre de la pièce. Groumpf, malgré sa masse musculaire impressionnante, ne put franchir le rideau liquide. A travers l’eau déchaînée par la magie, Lelfe pouvait apercevoir la chaleur lointaine du corps de Derym par son Infravision. Curieusement, alors que l’eau tumultueuse était glacée, elle ne diminuait pas. Pas plus que le Druide semblait se débattre... Il paraissait lointain, à la limite des perceptions pourtant aiguës du Barde. Il en fit la remarque à voix haute et quand il vit les autres acquiescer en silence, il se rendit compte qu’il voyait eux aussi Derym ! Repassant en vision normale, il contempla un étrange spectacle : perdu au loin dans la tornade liquide, la silhouette floue de Derym brillait d’une étrange pâleur verdâtre.
"Et ça empire !" s’écria Thiki d’un ton consterné. Détachant leurs regards ahuris de leur ami prisonnier des flots, ils se tournèrent vers la direction indiquée par la jeune fille. Un lourd grondement montait des cavernes qu’ils avaient précédemment franchies... En tendant l’oreille ils entendirent des milliards de tonnes d’eau glaciale se ruant vers eux...
"On fait quoi ! Par où on sort ?" s’affola Thiki.
"Aucune idée ! Fait comme moi : cherche des couloirs secrets !"
"Trop tard. Confions notre âme à Dieu et prions pour le salut." murmura Ysandre.
"Trop défaitiste pour moi !" répondit Lelfe en sondant frénétiquement les murs.
Ils ne trouvèrent rien. Et l’inondation se rapprochait dans une vague immense noyant les souterrains. ++++ "Venez." dit une voix étrangement déformée mais familière.
A cet instant le rideau d’eau les séparant de Derym s’abattit, laissant le jeune Druide indemne et souriant. Il leurs fit signe de le rejoindre au plus vite près de l’autel. Ils coururent vers lui, obéissant avec joie et sautant au cou de leur ami. Avant qu’il ne pose des questions, Derym donna ses ordres.
"Accrochez-vous à moi et tenez-vous bien ! ça va secouer très fort durant la remontée !"
"La remontée ? Mais par où ? Comment ?" s’exclama Ysandre alors que tous obéissaient.
"Par là." dit Derym en levant les yeux vers le conduit illuminé de lumière solaire. "Ô Seigneurs de l’Onde, entendez ma requête. Je me suis lié à vous par l’âme, le corps et la Foi. Dressez-vous au son de ma voix et fulgurez dans les cieux par une tempête déchaînée. Protégez votre serviteur et conduisez le vers la gloire en haut des cieux." L’autel s’illumina brièvement en réponse à la prière de Derym. L’eau répandue par la libération de Derym se recondensa autour d’eux, les isolant dans une coquille de glace transparente à l’aspect fragile.

A cet instant les flots déchaînés de l’inondation annoncée du Temple envahirent avec fracas la pièce, la remplissant en un instant. Les aventuriers crièrent mais la bulle de givre magique ne céda pas. Mieux encore elle flottait ! La pièce fut remplie quasi-instantanément et l’eau commença à envahir la longue cheminée traversant le plafond. Sous la pression des flots hurlant, la fragile coquille protégeant les héros s’y engouffra à une allure vertigineuse. Ils furent catapultés dans ce long tunnel où se déversait la lumière dorée du soleil. L’accélération les écrasa contre les parois minces mais solides de la bulle. Heureusement, personne ne se lâcha, conformément aux instructions du Druide. Lui et Lelfe étaient souriant, ravis de l’aventure. Le reste du groupe semblait plutôt malade et hurlait de terreur. Brutalement, la cheminée s’acheva. Ils furent catapultés en l’air par la force des flots, jaillissant dans un immense geyser au pied du Temple de l’eau. L’ascension fut longue et permit aux courageux qui n’avait pas fermé les yeux de jouir du spectacle du Temple de l’Eau et de son lac embrumé vu du haut des cieux. Après la monté vint la chute, encore plus terrifiante. Ils s’abattirent en hurlant dans le lac sacré du Temple. Quelques secondes avant l’impact, la bulle protectrice éclata, absorbant magiquement la vitesse de chute des aventuriers qui s’écrasèrent presque en douceur dans les flots. Une main translucide gigantesque remonta les héros durement secoués et quasi en état de choc. Répondant à l’appel, un titanesque Elémental d’Eau déposa le groupe trempé devant la Haute-Druidesse qui souriait doucement.

"Alors vous avez réussi... Mes félicitations disciple de Kel’Dias. Tu es maintenant lié à l’essence même de l’Eau. Puisses-tu apprendre à la servir avec sagesse et à utiliser ses services avec discernement..."
"M-merci, noble Gardienne..." répondit Derym avec une révérence maladroite.
"Euh... Excusez-moi, mais qu’entendez-vous par lié à l’essence même de l’Eau ? Moi-même disciple druidique, je n’ai jamais entendu rien de tel." demanda Lelfe.
Souriante, la Haute Druidesse fit un geste et une lame de glace jaillit de son poignet, déchirant la tunique humide de Derym. Le groupe poussa un cri de surprise devant l’attaque soudaine. Puis un deuxième. Derym contempla ébahit comme les autres son poitrail : le saphir qu’il avait apporté dans le cylindre-messager était à présent fiché dans sa chair près de son épaule droite !
"Cette pierre magique et sanctifiée par ta quête est désormais un lien entre toi et le Plan Elémentaire de l’Eau. Avec du temps, de la Foi, de la sagesse et des efforts tu pourras accomplir des miracles en contrôlant directement l’élément liquide. Eau, Glace, Vapeur seront à tes ordres. Pas pour l’instant car tu es jeune et faible. Mais si tu survis et acquiers rigueur et sagesse, tu deviendras un des Saints de notre Ordre Elémentaliste !"
"C’est... C’est trop d’honneur ! Je ne suis pas prêt !"
"En effet ! Tu dois longuement méditer et prier notre Mère pour bénéficier de ses pouvoirs. Mais même si le chemin de la connaissance est rude, rappelle-toi qui tu es et sache que ton Maître avait grande confiance en toi pour t’autoriser à relever ce défi !" ajouta l’elfe d’un ton un rien méprisant.
"Je vous remercie, votre Grâce..." ++++ "A présent, restaurez-vous si vous le souhaitez. Mon apprentie se chargera de vous. Reprenez vite la route et quittez ce Temple au plus tôt : votre route est encore longue... Je me retire à présent et nul ne doit me déranger dans mes méditations..."
La Haute-Druidesse se retira, digne et impériale mais froide comme les glaces entourant le Temple.
"Brreuu... Pas sympa la vieille !" déclara Thiki "Mais c’est cool, Derym ! T’as des nouveaux pouvoirs ?"
"Je ne sais pas... En tout cas je ne sens rien de changé." murmura le Druide en caressant la pierre incrustée dans sa chair et curieusement chaude.
"Bah, on verra bien !" dit Lelfe, apparemment ravi "Je me demande ce que nous réserve la suite."
"Bon, ne traînons pas, alors ! Rassemblons des vivres et partons. Halonn doit nous attendre. Et... Derym, tu peux te rhabiller, s’il te plait ?" déclara Ysandre en rougissant.
"T’aime pas son torse viril, la Paladine ? Et puis les joyaux c’est à la mode ! Parait que ça augmente le plaisir sexu..." commença Thiki, hilare.
"THIKI ! Surveille tes paroles, jeune fille ! Ce n’est point digne d’une Dame !" s’écria la Paladine, encore plus rouge. Le groupe se remit alors en route en riant.

"J’ai un peu honte..." commença le puissant élémentaire de Terre.
"Pff ! C’est bien vrai ! J’ai presque honte d’avoir été invoqué pour pareil simulacre !" renchérit l’élémentaire de Feu ; bouillonnant de colère.
"Il est vrai que l’Épreuve était bien facile et les énigmes enfantines... Mais je suppose que la Maîtresse sait ce qu’elle fait." ajouta l’élémentaire d’Air.
"Moi au moins, ils ont battu mon sbire à la loyale ! Ils ne sont pas si incompétents. Même s’ils s’y sont mis à plusieurs..." déclara l’élémentaire d’Eau.
"En effet ! Et ceci ne vous regarde point." s’écria la Haute-Prêtresse en rentrant dans la Chambre d’Invocation. "Maintenant allez monter la garde dans la Salle de l’Eau et ne soufflez mot de ceci à personne !"

Trois d’entre eux disparurent sur le champ. L’élémentaire d’Eau resta seul, vaguement gêné.
"Oui ? Que veux-tu, serviteur ?" questionna froidement la Haute Druidesse.
"Ma Dame... Je crains d’avoir trop parlé. J’ai rapporté mes impressions à votre apprentie. Elle est curieuse et je ne pensais pas qu..."
"SILENCE ! Tu as désobéis ! " fulmina l’elfe. "Bah, ce n’est pas si grave. Mais tu resteras à garder la Salle en silence pendant quelques années en punition !"
"Bien, Maîtresse..." L’élémentaire disparut enfin. La Haute Druidesse était pensive. Il fallait maintenant qu’elle tue sa propre apprentie. Et les jeunes désireux de se consacrer au Druidisme étaient de plus en plus rares de nos jours... Tant pis. La mission de Derym était plus importante que tout le reste...

Commentez !
Un message, un commentaire ?

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)



Qui êtes-vous ? (optionnel)