Invocation
MageGaHell Aerth
Aerth, récits fantastiques
Commentez !     T T T  
Chapitre 20 : Ceux qui vivent dans l'ombre...

Chapitre 20 : Ceux qui vivent dans l’ombre...

(Errare Humanum Est...? - Heroïc-Fantasy - 30/05/2003)

Dans une tour d’argent, bien loin de l’Empire Hira Ku, quelques temps auparavent...

Un grésillement se fit entendre dans une pièce magnifiquement décorée par des cristaux précieux diffusant une douce lumière magique. Un Portail Dimensionnel s’ouvrit, livrant passage à une grande elfe noire vêtue de pourpre. Bien que l’air hagard et épuisée elle sourit. Sa mission avait été un succès et son Maître et amant serait heureux de disposer de l’ingrédient rare qu’il l’avait envoyée chercher au fin fond du Multivers. Kyrina se rendit en premier lieu dans sa chambre luxueuse de première apprentie. Vite, un bon bain et de doux vêtements propres ! Qui sait, il serait peut être assez content pour... L’elfe noire rougit, révélant son jeune âge sous ses airs autrement supérieurs de magicienne implacable. La tête remplie de visions de pur bonheur érotique, elle gagna les cuisines communes pour prendre des forces en vue de la nuit qu’elle espérait... agitée.

"Maîtresse Kyrina ! Vous êtes enfin revenue !" s’écria une splendide jeune femme vêtue de somptueux et affriolants atours.
"Oui, j’arrive à l’instant. Qu’est-ce qui se passe Mizill ?" grogna l’elfe noire, peu amène tant qu’elle n’avait pas l’estomac plein.
"Eh bien... Nous nous inquiétons pour le Maître. Et vous étiez injoignable."
"Un démon un peu revêche a eu raison de ma Pierre Com’ et de certains équipements." répondit hargneusement la première apprentie. Voilà ! Maintenant elle devrait mentionner ces pertes d’équipements précieux dans son rapport. "Et qu’à encore l’Archimage ? Quelle folie vous inquiète cette fois ?"
"Nous sommes habitués à ses sautes d’humeurs." rétorqua froidement Mizzil. "Mais là c’est inquiétant : il ne donne plus de cours aux apprenties depuis une semaine. On ne l’a plus vu aux fêtes et aux banquets, ni même aux repas !"

"Bah, ça arrive... Vous êtes sûr qu’il est là au moins ? Il a très bien pu partir en expédition hors-monde sans rien dire. Une fois de plus..."
"Non, il est là. En tout cas, je le pense, bien que personne ne l’ai vu depuis une semaine... Il y a plus inquiétant encore : personne ne l’a vu au harem depuis tout ce temps !"
Kyrina manqua de s’en étrangler avec son vin. Voilà qui était sacrément bizarre.
"Venez avec moi, vous avez raison, c’est très anormal ! On va le trouver."
Fouiller la tour de l’Archimage n’était pas facile : c’était un maniaque de la sécurité, adepte des portes dérobées, des entrées secrètes et des Dimensions de Poches curieusement reliées entre elles. Les deux femmes finirent par dégotter une vaste salle conduisant à une bibliothèque privée de leur Maître.

Au garde à vous, les traits rongés par l’épuisement, la détermination et l’usage abusif de la magie, se tenait une apprentie de première année gardant la lourde porte ouvragée.
"Maitresse Mizill ! Maitresse Kyrina ! Comme je suis contente de vou... euh... A vos ordres mesdames !"
Elle manqua d’en tomber par terre. Visiblement, la gamine était à bout de force. Sa coiffure était toute emmêlée, ses yeux s’alourdissaient de cernes noires d’encre.
"Repos... Auriez-vous vu le Mage GaHell ?"
"Il est ici. Il m’a dit de garder la porte pour pas qu’il soit dérangé pendant ses recherches."
"Et c’était il y a combien de temps ?"
"Environ une semaine..." répondit pitoyablement l’étudiante. "C’est.. C’est un test, non ?"
Elle semblait implorer une réponse. Une semaine à faire le planton devant une porte dans une salle où personne ne passait jamais. Sans manger, sans boire, sans dormir. Obligée de puiser dans sa maigre magie pour survivre. Kyrina n’eut pas le courage de la détromper. Bon sang à quoi pensait-il donc !

"Vous avez brillamment passé cette épreuve. répondit Kyrina d’un ton faussement joyeux. "Aller vous détendre, vous laver et vous reposer : vous l’avez amplement mérité ! Mizzil, accompagne là et veille sur elle, c’est ton domaine..."
Bien qu’un peu déçu, Mizill obéit et emmena l’apprentie magicienne vers un repos mérité. Bon, à elle maintenant d’engueuler l’Archimage inconscient.
Kyrina ouvrit la porte par un code qu’elle connaissait heureusement, échappant à une mort atroce. La bibliothèque était quasiment plongée dans le noir. Seule lueur de la pièce, des écrans bleu ou vert couvert de schémas, de symboles et d’écritures étranges. De la technologie interdite ! Il ne respectait donc rien ! Elle s’avança au milieu d’un chaos de parchemins anciens dévidés, de livres rarissimes de savoir occulte négligemment jetés au sol et fut frappé par l’odeur régnant dans ce lieu obscur.

Une odeur d’herbes exotiques, de sang, de drogues étranges aux fragrances lourdes et entêtantes. La tête lui tourna. Elle devina des bassines divinatoires remplis de sang coagulé, des pentagrammes d’invocations tracés n’importe où. L’un d’eux contenait le corps monstrueux et déchiqueté d’un démon sans doute trop rebelle. Elle parcourut la pièce, contemplant avec stupéfaction le spectacle inhabituel, choquant des étagères de livres magiques mis à bas, les fumerolles de bruleur d’encens étranges. Guidée par un son de gribouillis hâtifs, elle découvrit son Maître, l’Archimage GaHell. Allongé sur un divan, ses yeux verts aux pupilles exorbités perdus dans la contemplation d’écrans couvert de données indéchiffrables, il griffonnait nonchalamment, d’un geste las de drogué, sur un parchemin ancien d’une valeur inimaginable. ++++ "Maître... Pardonnez mon impudence, mais... Par les Huit Dieux du Grand Loin qu’est-ce que vous faîtes !!"
Le magicien leva un doigt, sans même regarder son apprentie, sa maîtresse. Silence. Quelques griffonnements plus tard, il daigna lever les yeux vers celle qui l’avait interrompu. Kyrina s’inquiétait de plus en plus : bien qu’habituée aux lubies du fol Archimage, elle ne l’avait jamais vu avec un regard aussi... hanté. Le Mage GaHell saisit une fiole minuscule contenant un liquide bleu vif, à l’odeur forte de cannelle. Une lampée plus tard, il se tourna enfin vers son apprentie.
"Il se passe des choses..." déclara-t-il d’une voix lasse.
"Quelle profonde sentence ! Je le vois bien ! Vous êtes drogué jusqu’à la moelle. Depuis quand n’avez vous pas dormi ou mangé ? Vous avez laissé une fille de première année garder votre porte pendant une semaine ! Et les autres sont sans nouvelles de vous."

"Une semaine ? Déjà... Le temps est une chose curieuse. J’étais... Occupé."
"A vous détruire à petit feu à coup de dopes ? Vous êtes encore plus pitoyable et dépravé que d’habitude !"
"C’est ce qui fait mon charme fou." ricana l’Archimage. "Le tiens est ton franc parlé."
"Pfff. Et qui y’a-t-il de si important pour que vous négligiez vos tâches et votre propre santé ?"
"Aahhh... Voilà la question : que se passe-t-il ? Vois-tu, quand on est plongé dans une partie ambitieuse, violente et passionnante contre un adversaire particulièrement doué et vicieux, on en oublie les autres joueurs."
"Mais encore... Vous parlez de Hagell et de ses sbires ?"
"Oui. On est tous les deux plongé dans notre confrontation, conspiration, manipulation, conquêtes du monde, des mondes, des univers qu’on a complètement perdu de vue ceux qui ne touchent pas directement nos plans, objectifs, stratégies..."
Visiblement, son discours avait un sens pour lui. Kyrina nageait un peu plus dans le brouillard en suivant ses propos de drogué.

"Vous voulez dire qu’une autre menace est apparue ? En plus d’Hagell ?"
"Oui. Ou Non. Des forces se rassemblent, se mettent en branle... Plans divins ou coïncidence troublante ? Destin ou complot ? Volonté ou hasard ? Je ne vois pas les fils et pourtant dans mes plans ils se tissent..."
Kyrina réfléchit un moment.
"Derym et son groupe ?" avança l’elfe noire, se souvenant d’une préoccupation récente de son Maître "Druides et magie. Dieu et sorcellerie... Quel est le plan, la raison cachée ? Y’en a-t-il une d’ailleurs ? Les mystères des Haut-Druides me sont refusés. Ma déesse, seule qui pourrait m’informer, est fort courroucée... Ma sombre pseudo-progéniture y est sans doute mêlée."
"Si j’ai bien compris, vous soupçonnez un vil complot, inséré ou non dans vos plans, mené par une ou des forces inconnues et impliquant des Dieux et des Druides ? Je crois que vous avez sérieusement besoin de café, mon amour. Vos drogues vous montent à la tête. Et rendent vos propos incohérents."

"Le futur est dur à percer. J’ai toujours été nul en divination. Mais il se passe quelque-chose de grave impliquant Derym et ses suivants. Le tout pendant que je suis affaibli et en disgrâce. Fâcheux, non ? Appelle ça paranoïa si tu veux, mais j’ai un mauvais pressentiment..."
"Hummm..."
Le Mage GaHell se leva, enfin plutôt se coula, vers une table couverte de symboles. D’un geste il activa un écran magique. Une jeune femme aux cheveux noir bouclés et au regard décidé apparut alors, en habit de Paladin.
"Voilà Ysandre, Paladine de Tür, suivant Derym pour d’obscures raisons."
"Et alors ?"
L’Archimage eut un sourire de loup. Il retira l’une de ses bagues et la plaça dans un réceptacle métallique prévu à cet effet. Kyrina retint son souffle : c’était le système de données du projet secret Chaos Seeds. Des symboles codés, des diagrammes et d’autres informations ésotériques apparurent, flottant dans l’air surchargé de fumées psychotropes de la pièce.

"Le projet Chaos Seeds... Ou Grain de Sable comme je l’appelle parfois. Il s’agit d’une gestion, d’entrainements et d’encouragements discrets d’aventuriers sélectionnés pour leur indépendance et leur forte personnalité..."
"Et ?" Le magicien sourit à nouveau et manipula les colonnes de symboles avec des gestes précis. Un nom apparut finalement, accompagné d’une représentation.
"Ysanbre Sombreterre, apprentie Paladine de Tür. Rejetée du projet car trop à cheval sur les règlements... J’ai testé et aidé cette gosse. Elle avait des problèmes avec sa famille."
"C’était donc une de vos protégée potentielle ? Et alors ?"
"Je l’avais oublié..."
"Impossible !" s’écria Kyrina, choquée. "Vous avez une mémoire eidétique ! Et vous vous vanter en plus de ne jamais oublier le visage d’une jolie femme."
"Voilà le premier problème : mes capacités ont diminué... J’ai été accusé de séquestration et de viol sur une déesse, pour produire Ly-Hell, future victime d’un plan tortueux. J’ai du me diviser et fuir loin d’ici dans le Multivers pour rechercher des preuves de mon innocence. Ou du moins de ma non-culpabilité. Je n’ai pas encore pleinement récupéré : l’un de moi manque encore à l’appel, perdu dans les confins du Multivers. Mes pouvoirs sont... incomplets sans lui."
Kyrina resta médusé devant cet aveu : si ça venait à se savoir, ils allaient vers de graves ennuis !
"Ça explique pourquoi vous avez laissé une apprentie faire le planton pendant une semaine..." ++++ "Ah, faudra que je m’excuse de ça... Mais continuons : près de Derym se trouve deux autres Chaos Seeds. Les meilleurs que je n’ai jamais dégottés : Lelfe et Groumpf. La grâce et l’intelligence soutenue par le monstre de Frankeinstein ! Magnifique tandem."
"Derym doit être en sécurité avec eux, alors, c’est plutôt positif, non ? Et vous pouvez contrôler ces gens, non ?"
"Non, non ! Les Chaos Seeds sont par nature incontrôlables et attirent les ennuis, bousculent les convenances et se jouent du Destin. Tel est leur rôle. C’est ce qui m’inquiète un peu : sont ils manipulés ou sont-ils là par hasard ? Sans connaître le plan final, comment les utiliser ? Et certaines de leurs capacités m’inquiète. Sans compter que Lelfe est le fils d’une vieille amie. Elle m’en voudrait terriblement s’il lui arrivait malheur..."
"C’est bien compliqué tout ça. Et s’il s’agissait simplement d’une compagnie d’aventuriers regroupé par le hasard, comme il en existe tant ?"
"On ne peut l’exclure, mais des signes inquiétants montrent l’implication de Divinités et de Ly-Hell."

Soudain, le magicien s’interrompit dans ses explications. Ses mains fines et expertes tracèrent vivement des symboles ésotériques en l’air tandis qu’il débitait une incantation à tout allure. Kyrina resta un instant tétanisé par la peur. Son Maître était-il courroucé, possédé ? Pire : lui aussi contemplait ses gesticulations avec un regard effaré ! La magicienne elfe noire analysa le sort à toute vitesse : une Dissipation de haut niveau, capable de briser n’importe quel enchantement. Rien de dangereux... Le sort se termina par une faible lueur et... Rien ! Bizarre : compte tenu du nombre d’enchantement et d’artefacts magiques présent dans la pièce, il aurait dut y avoir un effet spectaculaire.
"Qu’est-ce que..." commencèrent ensemble GaHell et Kyrina.
D’un geste, l’Archimage lui intima le silence. Il ferma les yeux et se concentra un moment.

Kyrina était tendue, prête à déclencher ses foudres ésotériques sur tout intrus ou cible désignée par son Maître. Sur celui-ci aussi, au cas où, même si elle savait courir droit au suicide.
"On m’a utilisé." déclara finalement le magicien demi-elfe, stupéfait. "Quelqu’un est passé au travers de toutes mes protections magiques et psychiques et m’a forcé à lancer ce sort... Et l’a absorbé ! Et pas une seule trace magique ! Pas un résidu de sort !"
"On vous a...Volé un sort ? C’est possible ?"
"Oui... C’est stupéfiant : pas même un Dieu ne pourrait franchir mes barrières mentales, dans ma tour !" rugit l’Archimage, plein de colère.
"En tout cas, vous aviez raison : il se passe quelque-chose..."

Au sommet d’une gigantesque montagne, une sombre forteresse...

Le guetteur était un elfe long, fin et sec. Son regard de lynx asserré repéra immédiatement l’anomalie. Il lança un ordre en langage de bataille : un dragon inconnu approchait. Comment un être pareil avait-il put franchir les barrières magiques de la forteresse ? Les troupes de gobelinoïdes se mirent en place sur les remparts, tremblantes de peur. L’elfe eut un reniflement méprisant. Quelle vermine incapable... Ses yeux affutés s’agrandirent de surprise : l’impressionnant dragon blanc portait sur son dos un cavalier. Non, deux ! Et il décrivait des cercles sans vouloir s’approcher d’avantage. Le guetteur reconnut finalement l’emblème fièrement brandie par le cavalier.
"Fausse alerte les gars ! C’est un allié. Allez prévenir le Triumvirat qu’un représentant du Général du Nord est là. Et accueillez-le comme il se doit, tas de larves !"
Suivant les instructions émient au moyen de signaux de fumée, le dragon se posa. Un elfe vêtu d’une armure argent et bleutée, harnaché pour la guerre, en descendit. Derrière lui, une frêle humaine d’une huitaine d’années sauta tant bien que mal au sol. Son air triste, las et usé, ainsi que les bandages lui barrant un œil indiquaient qu’elle n’avait manifestement pas apprécié le voyage.

Le chevalier elfe s’avança avec suffisance jusqu’à l’officier le plus proche de la forteresse. La petite fille le suivait tant bien que mal, visiblement transie de froid.
"Je suis le lieutenant-draconnier Esylam, armée du Nord, treizième section.Veuillez annoncer à vos Maîtres l’arrivée prochaine du Général du Nord ainsi que du treizième bataillon. Ils seront là dans approximativement une heure." Stupeur. Précipitation. L’elfe fut satisfait de son effet. Il fut immédiatement conduit auprès du Triumvirat. Le lieutenant-draconnier s’agenouilla devant Hagell, avec une mauvaise grâce à la limite de l’insulte. Le regard qu’il lança à la Haute-Prétresse de Loth fut particulièrement venimeux. Hagell tendit le bras pour empêcher son amante d’occire l’impudent. L’éclaireur répéta son message, provocant une surprise amusé chez Hagell. Que lui voulez donc le Général du Nord ?
"Vous pouvez vous retirez... Nous allons désactiver les protections magiques et faire préparer les chambres d’hôtes." répondit le maître obscur de la forteresse.
Le messager se retira aussitôt son message délivré. Visiblement pas un type causant. Il faudra penser à ce qu’il demande comment son Général faisait pour façonner ainsi ses troupes à son image. D’un haussement d’épaule, Hagell désactiva temporairement les système anti-intrusion de la forteresse.
"Ezéchiel, allez accueillir notre vieil ami."
"Pourquoi moi ?"
"Allons, allons. Je ne me sens pas l’envie de sortir... Et la lumière du soleil, surtout à ces hauteurs, gène ma douce elfe noire."
"Très bien." ++++ Ezéchiel se tenait en haut des remparts, insensible au vent et au froid, scrutant l’horizon et la mer de nuage. Clignotement flou. Cinq Dragons Blancs d’une taille impressionnante se matérialisèrent dans une formation parfaite.
"De l’esbroufe." commenta l’ange aux ailes de suie. Les dragons se posèrent dans un ensemble parfait. Au moment même où les wyrm posèrent les griffes sur les dalles glacées de la forteresse, quatre légions de soldats elfiques apparurent, les encadrant. De l’esbroufe, certes, mais la treizième section était véritablement impressionnante. L’armée était essentiellement elfique, splendide en armure blanche, bleutée et argent. Le connaisseur aurait été fasciné par leurs armes et leurs amures : la délicatesse elfique se mêlait magnifiquement à la robustesse de l’artisanat nain. Une pure merveille. Descendant de son Dragon géant, le Général de l’armée du Nord s’avança d’un pas décidé, impressionnant. Son armure en écaille de Dragon, ses atours luisant de magie et sa lance doré et argent hurlait manifestement sa puissance. Sans compter sa taille et sa musculature, alliée à sa souplesse elfique. Un tueur.

"Cela faisait une éternité, Ezéchiel. Je m’étonne qu’Hagell ne soit pas venu en personne accueillir son Général." lança-t-il en arrivant à la hauteur de l’ange noir.
"Notre Maître est fort occupé par ses plans et ses multiples conquêtes." répondit Ezéchiel, insistant lourdement sur le "Maître".
"Humm... Allons donc voir le Triumvirat."
"Vous pourrez ainsi expliquer à tous pourquoi vous avez quitté vos froides contrées et abandonné nos plans là-bas..." Le Général du Nord serra sa lance de rage. Malheureusement, il ne pouvait se permettre d’occire l’impudent. Pas encore en tout cas. Et pas ici. Vu le respect que vouait Hagell à cet emplumés, la bataille promettait d’être longue. Il fut conduit au cœur de la ténébreuse forteresse. Il ne put s’empêcher de faire des commentaires désobligeants sur le laisser aller du quartier général et de la faiblesse évidente du dispositif de défense. Finalement ils aboutirent dans la pièce centrale, où trônait Hagell, négligemment avachis sur un trône d’un roi oublié.

Instantanément, le Général se rua à l’assaut, surprenant par sa vitesse tout les gardes présent. D’un mouvement souple et d’une puissance incroyable, il projeta sa lance en avant, tranchant proprement le siège royal en deux. Mais pas Hagell. La momie couverte de bandage et de glyphe sourit en se matérialisant dans l’ombre du guerrier.
"Toujours aussi impétueux, mon ami..." glissa le sombre maître de la forteresse. Il fit un geste aux autres afin qu’ils n’interviennent pas. Le Général rugit et planta la hampe de son arme dans le ventre de son adversaire.Ou du moins, il essaya. Bien plus rapide que le laissait croire sa frêle silhouette toute de bandages vêtue, le magicien esquiva. Il dégaina un cimeterre d’os à l’aspect terrifiant. Dans son autre main, un fouet-serpent sifflait avec ses neuf têtes de métal animé. La passe d’arme fut d’une telle vivacité que les spectateurs eurent du mal à suivre. Des étincelles jaillirent aux contacts des armes. Les guerriers se séparèrent d’un bon, faisant une pause pour jauger leur adversaire. Le Général du Nord eut un sourire suffisant. Hagell eut la surprise de sa vie. Une mince balafre entaillait son bras couvert de bandage.Une simple écorchure superficielle... Mais il était passé au travers de ses défenses !

"Je vois que tu as finalement réussit à maîtriser ta Lancelune..."
"Oui. La malédiction est levée. Je la maîtrise à nouveau."
"Pas complètement..."
"Voyons voir ça !"
Le Général du Nord se concentra un instant. De sa lance jaillit une brume argenté, d’apparence vaguement visqueuse et métallique. Elle avait la forme d’un dragon. Il fonça à l’assaut. Hagell tendit la main et lança deux sortilèges dévastateurs. Que le dragon brumeux avala. Le Général arriva au contact, esquivant les têtes serpentines du fouet. La lance trancha en deux le maitre de la forteresse. Mince, une illusion !
"Pas mal. Quelle arme fantastique. Défense parfaite et attaque parfaite, te protégeant contre ma magie... Mais ça ne suffira pas !"
"Ou te caches-tu, bon sang ! Lâche !" ++++ Sur ces mots deux araignées noires gigantesques jaillirent de l’ombre du guerrier lui plantant leurs crocs venimeux dans les jambes tout en l’immobilisant. Surmontant la douleur, le Général balaya les ténébreuses créatures, sa lance dissipant la magie. Il sentit alors la froideur de l’acier sous sa gorge. Hagell s’était téléporté dans son dos, profitant de l’occasion pour lui glisser une dague sous la gorge.
"Alors ?"
"Vous m’avez vaincu, Maître..." grogna le guerrier.
"Bien, pose ce fourbit et vient t’asseoir." ordonna l’être couvert de bandage en rengainant. "Que nous vaut l’honneur de ta visite ? Tu es bien loin de tes attributions !"

Le Général du Nord ôta son casque, dévoilant une longue chevelure doré elfique et un visage d’une beauté sans pareille, cruellement défiguré par une longue cicatrice. Il s’agenouilla.
"Tout progresse comme prévu dans mes froides contrées. J’ai réduit en esclavage les trois-quart des royaumes fortifiés nains indépendants. Les caravanes de métaux et d’armes ne devraient plus tarder. Toutes les tribus d’elfes sont sous mes ordres ou infiltrés par mes gens. Les barbares humains et les tribus de géants sauvages s’enrôlent dans mon armée. Sans compter mes Dragons... Le Nord est à notre merci, mon Seigneur !"
"Voilà qui est fort plaisant, même si tu fanfaronnes un peu trop tôt... Les cités humaines sont variés et résistantes dans ces contrées. Elles ne tomberont pas si facilement."
"J’écraserais ces vermines le moment venu !"
"Certes, certes beau travail Elohell ... Mais pourquoi t’es tu donc absenté ? Ton charisme de chef puissant est pourtant indispensable pour maintenir la cohésion de tes troupes. De mes troupes."
Le Général eut un reniflement de mépris.

"Mes troupes sont parfaitement disciplinées, contrairement aux gobelinoïdes et aux pervers traitres d’elfes noirs ! Je requiers juste une faveur."
"Laquelle ?"
"J’aimerais me rendre dans l’Empire Hira Ku. Pour une affaire strictement personnelle."
"Tiens donc ? Jugerais-tu que mon Général de l’Ouest ne fait pas de l’assez bon travail ?"
"Ses progrès sont un peu... lents, certes, et mes conseils pourraient lui être fort utiles. Mais il s’agit en fait d’une histoire strictement privée qui n’a rien à voir avec nos plan."
"Tout a à voir avec mes plans !" rugit Hagell, le regard sombre. "Une affaire personnelle dis-tu ? Souhaiterais-tu par hasard réaffronté Onyshahell ?"
"Vous me l’avez interdit. Mais en effet, si l’occasion se présentait..."
"Non. Les liens qui l’unissent à mes adversaires sont trop forts. Je ne veux pas d’une bataille rangée, pas avant d’être prêt... Onyshahell est une épine dans le pied dont il faut pour l’instant s’accommoder. Requête rejetée, donc."
"Et si je jure de ne point m’approcher de lui ? D’y aller sans magie. Discrétion, efficacité. Vous me connaissez..."

Le Maître de la forteresse sombre réfléchit. Il y tenait vraiment...
"Soit, je suis d’accord. Mais prudence. A la moindre incartade..."
"Merci, mon Seigneur : Je pars immédiatement. Vous pouvez disposez à votre gré du treizième bataillon de l’armée du Nord. Je prend juste mon dragon blanc et Kara, la fillette humaine venue avec mon lieutenant."
"Fais-donc... Mais qui est donc cette enfant au fait ? Une fille illégitime, Être Élu ?"
" Non. Elle n’a pas une once de sang elfique dans les veines. C’est juste un... souvenir. Un rappel. Elle veut ma mort et guette l’occasion, vous savez."
Sur ce, il repartit aussi vite qu’il était venu. ++++ Une silhouette se désolidarisa des ombres. L’elfe au cheveux sombres qu’on appelait la Main de Dieu s’approcha d’Hagell.
"Que voulait-il vraiment à ton avis ?"
"Aucune idée, à part sa démonstration de puissance. Son armée est véritablement effroyable."
"En tout cas, l’Hira Ku semble passionner les foules en se moment : Onyshahell nommé ambassadeur, les ouvertures de GaHell envers l’Empereur. Maintenant, lui... Étonnant. Se trame-t-il quelque-chose que j’ignore ? Est-ce les conséquences des plans tortueux de Shi ?"
"J’irais enquêter. La Générale de l’Ouest est celle de vos servants qui est la plus proche de moi... Moi seul peut découvrir quelque-chose !"

Hagell éclata de rire.
"Quel défilé de gens arrogant aujourd’hui !" s’esclaffa-t-il. "Va et soit mes yeux. Et mes armes, le cas échéant. Le Hira Ku est une puissance trop importante pour y faire n’importe quoi. Veilles à la discrétion de tous."
L’elfe en armure noire se retira en silence. Intérieurement, il bouillait. Le Plan Derym ne devait pas échouer, quitte à sacrifier les pions d’Hagell. Serait-il à la hauteur du puissant général du Nord ? Il sourit d’impatience en caressant les quatre katanas accrochés à sa ceinture.

Une petite silhouette sortit de derrière le trône à présent tranché d’Hagell. Le dernier membre en date du Triumvirat (dont personne n’avait encore changé le nom) dirigeant la forteresse.
"Intéressant personnage, n’est-ce pas ?" déclara Hagell en s’effondrant sur un autre siège où la prêtresse elfe noir le rejoignit.
"Tu aurais put prévenir ! Cet excité pète-sec a faillit m’embrocher." grogna Ly-Hell.
"Bah, c’est toi qui a insisté pour espionner en cachette. Je pensais que ça t’amuserais."
"Pour ça j’ai été servie !" ricana la fillette elfe-grise en quittant la pièce. "Comme l’autre, t’as un don pour t’entourer de gens bizarres et de psychopathes." en ce retirant.

"Cet elfe blanc sera-t-il fidèle ?" s’inquiéta la sombre prêtresse. "Je sens quelque chose de... Spécial... De dangereux en lui."
"Il m’obéira tant qu’il verra que je suis plus fort que lui. Ça l’énerve, mais même dans mon état, ma puissance le dépasse." répondit Hagell en souriant. "Un outil dangereux, cet être, mais un excellent outil ! Ma chère prêtresse de Loth, tu devrais pourtant avoir l’habitude de ce genre de personnages."
"Celui-là me paraît pas simple à manier. Où l’avez-vous trouvé ?"
"En fait il est l’aboutissement ou presque du projet génétique de mon vieux rival. J’ignore encore ce qu’il veut obtenir avec, mais les genres d’individus obtenus sont... intéressants."

"Génétique ? Comme pour l’élevage des animaux et la culture des plantes ? Ceci me dépasse."
"C’est exactement ça. Amélioration de la race... Quelle tentation !" s’exclama Hagell. "Elohell se prend pour l’Être Élu, un génie surpuissant sensé guider les elfes. Pfff. Il ne s’est même pas rendu compte que c’est GaHell qui a implanté ce genre de calembredaine, histoire de pouvoir récupérer en urgence le trône du Nesharr."
"Ah ! C’est ainsi que vous avez placé le fourbe Insgard Do’Ced sur le trône... Je me demandais comment les Grandes Maisons elfiques de ce puissant royaume avaient pu laisser le pouvoir à un étranger."
"Là encore, ce n’était même pas mon plan initial. Mais j’adore retourner les plans de mon rival contre lui !"
"C’est comme ça que je vous adore, Ô Maître des complots." murmura l’elfe noire en se blottissant contre le magicien. Le sorcier momifié éclata d’un rire malsain et enlaça la haute-prêtresse de Loth. D’un geste, il congédia les gardes : comme son ancien maître, il aimait la compagnie de douces jeunes femmes. ++++ Les deux gardes drow prirent place devant la porte du sanctuaire d’Hagell, murmurant quelques commentaires salaces sur la situation, comme le font souvent les soldats. Les campagnes militaires se faisaient discrètes et la forteresse était calme. Le garde de droite fit tomber négligemment une fiole en fouillant dans ses affaires à la recherche d’un remontant pour égailler le tour de garde. Serviable, son collègue et ami se pencha pour la ramasser. Fatale erreur, surtout pour un Drow, un habitué de la traitrise. Des années ensemble au service de maîtres cruels et sanguinaires, ça crée des liens... Dommage. L’acier froid du cimeterre empoisonné de son collègue lui déchira la nuque. Il mourut sans un bruit. Le garde drow traina le corps à l’abri et le dissimula dans un placard providentiel. Il reviendrait le chercher plus tard. Et personne ne s’inquièterait de la disparition d’un ou deux gardes : la forteresse grouillait de nécromants avides d’expérimentations, de vampires assoiffés et de prêtresses hautaines promptes au sacrifice (des autres, bien sûr).

Le drow regagna discrètement les appartement de Ly-Hell.
"Alors ?" fit la jeune demi-déesse en le voyant entrer.
"Je n’ai pas put le copier, Maîtresse..." s’excusa l’elfe noir. Sa voix changeait peu à peu, devenant plus féminine.
"Comme moi, Hagell, Ezechiel et quelques autres..." commenta la fillette, un rien déçu. "Visiblement ton pouvoir à des limites."
Comme pour confirmer les dire de la déesse demi-elfe, le garde Drow se métamorphosa peu à peu en une adolescente Aram à la chevelure d’or.
"Je ne peux reproduire ce qui me dépasse. Le pouvoir, l’essence même d’Hagell ou d’Ezechiel me sont incompréhensible."
"Humm...". Ly-Hell réfléchit à son esclave au pouvoir si étonnant. D’où venait ce don de métamorphose si parfait ? Elle pouvait prendre l’apparence, la voix, les attitudes de quasiment n’importe qui... Une sorte de Doppleganger arachnoïde. Plus fascinant, plus inquiétant : elle copiait également les connaissances, les dons magiques et les techniques de combats de ses cibles ! Seuls quelques individus s’avéraient immunisés à cet étrange pouvoir.

"Une autre chose." ajouta l’Aram, interrompant les réflexions de Ly-Hell. "La fillette qui accompagnait Elohell..."
"Oui ?"
"C’est une Na-Mage. Je n’ai pas pu la copier non plus."
"Intéressant... Elohell s’est donc dégotté une personne totalement immunisé contre la magie. Comme la Main de Dieu." L’Aram adolescente eut un mouvement de surprise. "La Main de Dieu ? N’est-ce pas le surnom du chef des renseignements d’Hagell ? C’est un Na-Mage ?"

"La Main de Dieu est aussi un groupe. Cinq Na-Mages au service de cet elfe ténébreux et secret... Formé à l’assassinat et à l’infiltration. Et tout ce beau monde va s’amuser en Hira Ku... Kelrieth !"
"Oui, maîtresse ?"
"On y va aussi ! Toi du moins : ma présence n’est pas très discrète." décida la demi-elfe grise. "On doit savoir ce qu’il se trame. Et puis j’aime bien le groupe de Derym : ce sont des jouets intéressants. Je ne voudrais pas que la partie se termine trop vite."
"J’obéirais, Maîtresse." répondit humblement Kelrieth. Intérieurement, elle exultait : sortir enfin de cet endroit sinistre ! Visiter le monde et partir à l’aventure !
Ly-Hell fit quelques gestes impérieux et invoqua un Portail Magique. Sa servante s’y engouffra au plus vite, s’élançant vers son destin.
"J’ai hâte de voir ce que va donner cette joyeuse réunion de famille !" s’esclaffa Ly-Hell une fois le portail refermé.

Son esclave Aram promettait d’apporter quelque piment en Hira Ku... Déjà, la demi-déesse imaginait plans et pièges retors pour s’amuser aux dépends du groupe de Derym. Voire même aux dépends d’Elohell et de ses propres alliés. Ce serait d’autant plus amusant que dangereux ! Quel stratagème vicieux pourrait-elle utiliser ? Ses pensées furent brusquement interrompues par les hurlements stridents des alarmes magiques et les tonitruants cors des gardes de la forteresse. Quel se passait-il ? Une attaque ? Une invasion ? Elohell revenant tester les défenses de la forteresse ? Ly-Hell se téléporta aussitôt vers une salle de commandement. Aussitôt matérialisée, elle comprit qu’elle avait fait une erreur. Une âcre fumée empoisonnée emplissait la pièce, lui brûlant ses poumons de fillette. La garde avait déjà été terrassée par le poison. Toussant et crachant, la demi-elfe grise utilisa ses pouvoirs divins pour chasser la fumée délétère et purifier son corps. ++++ Magiciens elfes noirs et prêtresses de Loth ne tardèrent pas à arriver, chassant la fumée toxique qui avait envahit les couloirs.
"Que se passe-t-il ?" demanda Ly-Hell à un gradé.
"Des intrus, votre Seigneurie. Veuillez rester ici : votre royale escorte va arriver."
Le garde elfe noir semblait réellement soucieux de la santé de la fillette. C’était peut être son boulot, mais ça lui sauva la vie. Ly-Hell se contenta de pulvériser sa coûteuse armure d’adamantium d’un geste de la main et de le propulser sans ménagement contre un mur.
"Je n’ai nul besoin d’escorte, mâle ignorant. Nul ne peut me menacer !" Le garde hoqueta en se relevant péniblement. Il se prosterna et débita des excuses d’un ton haché, visiblement terrorisé. Mais il continua à "humblement suggérer à Votre Puissante Seigneurie de ne pas prendre de risques inutiles." Visiblement un bon élément. La chance fut de son côté, Hagell en se matérialisant dans la salle de commandement, lui sauva sans doute la vie en détournant l’attention de Ly-Hell.

"Que ce passe-t-il donc ? On est attaqué ? C’est Elohell ? Ou c’est GaHell ?" demanda la demi-déesse.
"Non. Des voleurs. Ou des espions. Ou les deux. Un groupe énorme. Ils ont réussit à pénétrer dans le sanctuaire de Sire Ezéchiel."
Ly-Hell frissonna, de peur et d’excitation mêlées, au souvenir de son enfance au cœur de l’antre sombre de l’ange au ailes obscures. Dans cet endroit secret, tabou, régnait la peur, la mort et la folie. Et la puissance : il regorgeait littéralement d’artefacts anciens et dévastateurs, de sombres livres de secrets occultes interdits et de rituels blasphématoires.
"Comment ont-ils réussi à s’introduire dans la forteresse ? Et particulièrement là-bas ?"
"Je l’ignore encore. Je crains une complicité interne... Ou l’intervention de GaHell. C’est un génie pour s’introduire là où l’on ne le veux pas."
Un éclair de téléportation amena un nouveau visiteur. Une visiteuse.

"Il y a bien eu trahison. D’après les corps déchiquetés par Ezéchiel, ce sont des elfes noirs. Et visiblement des membres du culte de Kyravel" déclara la Haute-Prétresse de Loth. "Aucune trace de l’implication de GaHell, par contre."
"Ne le sous-estime pas. Il a sûrement d’avantage de contacts et d’alliés que nous le pensons. Mais je croyais que tes prêtresses avaient exterminé ce culte dans les Profondeurs ? A quoi servent donc mon or et mes hommes ?"
"Ce n’est pas facile !" renifla avec dédain la Drow. "Ces larves impies sont passées maîtresses dans l’art de la dissimulation et du mensonge. Tel des cafards, ils rampent sous la moindre pierre... Mais la purification progresse et ce groupe qui vient de se dévoiler est sûrement l’un des derniers."
"Humm... Et qu’est-ce qui les a poussés à agir ainsi ? A se découvrir ainsi ?" intervint Ly-Hell.
"Aucune idée. Mais tu sais, les fanatiques..." ricana Hagell, incluant d’un clin d’œil espiègle sa propre maîtresse. Et sans doute lui même.

Kalzothis Ne’Enshyll courrait comme s’il avait tout les démons des abysses à ses trousses. Ce qui était un peu vrai... Mais il était l’Elu ! L’elfe noir fanatique puisait son courage dans sa Foi sans faille. Prêtre-guerrier du Dieu des Voleurs et des Assassins, il s’était vu l’insigne honneur de porter ce que sa confrérie avait réussit à dérober. Penser à ses compagnons faisait mal. Ses confrères (point de véritables amis dans la société Drow, mais la persécution et la même Foi renforçaient les liens) s’étaient volontairement sacrifiés dans l’unique but de retarder ne serait-ce qu’un peu l’ange noir furieux. Sans compter ceux qui avaient déjà payé de leur vie l’assaut contre le sanctuaire maudit. Pièges et malédictions avaient fauché même les voleurs les plus expérimentés. La garde mort-vivant de l’ange obscur avait aussi prélevé un lourd tribu. Mais ils étaient morts dans la joie ! Se sacrifier pour leur Dieu, pour le renouveau de leur culte ! Tous avaient ressenti la puissance et les désirs de leur divinité. Un rêve prophétique avait soudé leur communauté disparate, rassemblant les survivants de l’épuration orchestrée par le clergé de Loth. ++++ Ils n’étaient plus que quatre. Lui. Son aimée la farouche guerrière Solnath, aux capacités martiales extraordinaires. Elle l’avait suivit, moitié par amour, moitié par désir d’une vie différente et aventureuse. Elle courait à ses côtés, malgré la douleur des carreaux d’arbalètes qui la transperçait, malgré l’écœurante odeur de chair brûlée montant de son bras droit désormais quasiment inutilisable. Elle courait sans mal sur les pierres gelées à l’extérieur de la forteresse, malgré le sortilège qui lui avait ravis ses yeux... Quelle Foi guidait l’énigmatique guerrière ? La mage-voleur Zolunn, prête à tout pour un peu plus de pouvoir, essayait de suivre le rythme, avec peine. Une bannie, une fille sans noblesse. Ne pouvant gravir les échelons ni du clergé de Loth à cause de ses modestes origines et de son tempérament peu enclin à l’obséquiosité, ni des magiciens, mâles craintifs se serrant les coudes et ne voulant rien céder de plus aux femmes de leur peuple. Elle avait rejoint le culte par défi. Et par contrat. Elle avait eu l’audace de marchander directement auprès de leur Dieu.

Kalzothis avait craint à chaque instant qu’elle ne les trahisse en échange de quelque sombre récompense, mais non, la mage s’était obstinée. Et ils étaient encore en vie grâce à ses sortilèges d’illusions et d’invisibilité. Par contre, si elle s’évanouissait suite à ses blessures... C’est pour cela que le Haut-Prêtre Se’slaym restait à ses côtés. Seul membre survivant de la troupe à ne pas être blessé, du moins physiquement, il usait et abusait des prières curatives et des sorts de dissimulation offert par leur Dieu. Pourtant Kalzothis savait qu’il avait déjà dépassé ses limites. Il ne tarderait pas à mourir d’abus de magie. Déjà ses sorts faiblissaient ou devenaient erratiques. Pour preuve : il n’avait put soigner le bras tranché de Kalzothis. L’elfe noir devait porter d’une main la lourde lance de guerre qu’ils avaient dérobée. Le voleur souffrait en silence, cheminant au plus vite sur le plateau glacial devant la forteresse. Encore un effort. Il apercevait déjà les ruines où ils trouveraient le salut.

Soudain, la magie qui les entourait vacilla. Un malin avait détecté leur présence et dissipé la magie de Zolunn. Sur les remparts du bastion d’Hagell, elfes noirs, humains et orcs hurlèrent des ordres. Flèches et sortilèges de mort déferlèrent sur le groupe de voleurs désormais visible. Se’slaym dressa aussitôt des boucliers magiques, sauvant les Elus de Kyravel du massacre. Le vénérable elfe noir s’abattit, à moitié assommé par l’effort. Solnath le saisit et l’emporta sur son dos. Ils pressèrent le pas. Si Ezéchiel les rattrapait, si Hagell s’en mêlait... Les ruines abritant leur porte de sortie semblaient désespérément loin... A ce rythme, les protections allaient céder avant. Zolunn s’arrêta soudain et se retourna. Kalzothis lu une détermination farouche mêlée à une peur sans nom sur son visage sombre.

"J’AI LE POUVOIR ! DIEUX REGARDEZ MOI !" hurla ma magicienne.
Elle repartit en sens inverse, abandonnant les protections du prêtre. Déchaînée, l’elfe noire magicienne déversa ses ultimes forces magiques sur la forteresse dans un déluge d’éclairs et de boules de feu. Kalzothis pria pour le salut de son âme. Puisse Kyravel l’accueillir en héroïne dans son domaine ténébreux. Car une femme seule contre la forteresse d’un Archimage et d’une Haute-Prêtresse... Kalzothis l’entendit hurler quand la contre-attaque des troupes d’Hagell la terrassa. En tout cas, ce glorieux sacrifice leur avait fait gagner de précieuses secondes. Le bâtiment délabré était en vue. Ils y étaient presque ! Sa joie éphémère s’envola quand il vit d’étranges brumes les encadrer. Le soleil venait de disparaître à l’horizon... Les troupes d’élite vampires d’Ezéchiel se matérialisèrent devant les voleurs Drows. Solnath bondit aussitôt et se rua à l’assaut contre les puissant mort-vivant. Combat perdu d’avance... Kalzothis tenta tant bien que mal de dégainer son arbalète. Pas facile sans lâcher l’artefact précieux et avec une seule main. Mais il refusait comme sa compagne d’abandonner leur quête divine.

Un chant rituel s’éleva. De sa voix rauque et faiblissante, Se’slaym entonnait un sortilège, son pendentif sacré levé dans un poing vengeur. La magie divine se matérialisa sous forme de chaîne crépusculaire, immobilisant les vampires.
"Fuyez ! Je les... retiens." murmura le vieux drow.
Kalzothis obéit, à contrecœur. Il savait que le vieillard épuisé ne pourrait maintenir le sort très longtemps. Mais ce serait peut être suffisant. Les deux drows pénétrèrent à toute allure dans les ruines, cherchant les colonnades dressées. Une dizaine de guerriers alliés surgirent des ombres. Leurs alliés, enfin. Kalzothis soupira. Puis il entendit un bruit affreux de déchirement sanglant. Une sueur froide glissa le long de son échine.

Le voleur se retourna et vit ses pires craintes confirmées : à la place du Haut-Prétre Drow se tenait la haute silhouette aux ailes de ténèbres de Sire Ezéchiel, trônant dans une mare de sang et de chairs déchiquetées. Aussitôt les guerriers de l’ombre se jetèrent sur l’ange sombre, voulant se couvrir de gloire au nom de leur Dieu. Kalzothis ne regarda pas leur mort inéluctable, fuyant vers le cercle d’anciennes colonnes. Aussitôt, cinq elfes noirs, tous prêtres, tombèrent sur leur dague. Kalzothis prononça au plus vite les paroles du rituel. Le sang des sacrifiés se rejoignit au centre des colonnes. Une Porte Dimensionnelle sanglante apparut enfin. La seule voie de sortie, enfin ! Il se dirigea vers la porte. Claquement sec. Bruit de lames. Dans un tourbillon magique, Ézéchiel, couvert du sang des fidèle massacré, s’était matérialisé devant la porte... ++++ Et Solnath avait bondit, déchaînant un tourbillon de lames contre l’ange maudit. Celui-ci parait négligemment, ses mains douces transformées en serres de pure noirceur maléfique. Kalzothis n’hésita qu’un instant. Les yeux pleins de larmes et de ferveur sacré, il se rua vers le cercle sanglant de magie, abandonnant la guerrière à une mort certaine... Merci mon amie pour cet ultime recours. Il se retourna un dernier instant pour contempler le sacrifice de sa bien aimée. Sire Ézéchiel, rageur, la transperça d’un coup terrible, traversant l’armure et la poitrine de la Drow. D’un geste, il lui broya le cœur, éclatant d’un rire mauvais. Son regard paralysa le dernier voleur. Un sort ! Il était perdu ! Mais la guerrière drow n’avait pas dit son dernier mot. Alors que sa vie s’enfuyait dans des flots de sang, dans un geste désespéré elle planta ses dagues dans le bras d’Ézéchiel, lui bloquant la main dans sa poitrine déchiquetée. La surprise plus que la douleur brisa le sort d’hypnose, permettant à Kalzothis de fuir au travers du Portail.

La porte magique se referma avant qu’Ezéchiel ne puisse se libérer du cadavre de Solnath. L’ange noir poussa un hurlement terrible de rage. Tous ceux qui l’entendirent furent instantanément tués ou plongés dans un sommeil cauchemardesque. Même Hagell et Ly-Hell vacillèrent sous l’onde de mort et de folie brute libérée par l’ange de ténèbres. Des griffes d’une noirceur inquiétante jaillirent des doigts d’Ezéchiel. Il avança d’un pas rageur et déchira littéralement l’espace et la magie, forçant le passage entre les plans. Il pénétra dans une salle souterraine. Aussitôt une pluie de sorts et de pièges l’engloutit. D’un battement d’ailes, il balaya la magie et les pieux de métal. Sa seule présence au comble de la fureur ployait l’espace et déversait dans le refuge souterrain des miasmes corrosifs. La pierre et le métal s’effritaient à son approche. Les gardes Drow qui l’attendaient moururent dans des convulsions atroces à son approche. Finalement, Ezéchiel défonça d’un poing rageur la porte qui menait au cœur du sanctuaire des voleurs, déjà corrodé par son aura maléfique.

Là l’attendait le cadavre de Kalzothis, un sourire ravis de triomphe aux lèvres et une dague noire, voleuse d’âme, dans le cœur. Et bien sur la lance avait disparut. Sire Ezéchiel s’avança. Il ne voulait pas abandonner, reconnaître sa défaite. Même s’il ne pouvait interroger le cadavre, il savait que seule la magie avait permis à un autre voleur de fuir en emportant la lance. Il fallait analyser les résidus magiques... Mais dès qu’il s’approcha, un sort de destruction massif se déclencha. Rien qu’il ne put contenir d’un battement d’aile rageur. Par contre, le bâtiment souterrain eut beaucoup plus de mal. Les pylônes de soutient explosèrent. Pire : une orbe au dessus du cadavre éclata, faisant tombé une poussière noire scintillante. Qui engloutit les flammes et les éclairs de destructions. Et qui effaça les dernières traces de la magie du Dieu Drow des Voleurs... Ezéchiel écumait de rage au cœur du Temple en cour de désagrégation. Soudain un Portail se matérialisa. La silhouette toute de bandages étranges vêtues d’Hagell s’avança. ++++ "Que signifie tout ceci ! Tu viens de tracer un terrible sillon de destruction au travers de ma forteresse. Et la discrétion alors !"
"ILS ONT OSE ! Me voler ! Dans mon Sanctuaire !" rugit l’ange aux ailes noires.
"Voilà qui est certes déplaisant, mais pas au point de massacrer indifféremment alliés et ennemis... Pfff. Toi et Ly-Hell me coûtait beaucoup en hommes et en matériel."
"Ceci n’est pas important ! Ils m’ont dérobé la Lance de Sombre Blessure !"
Hagell connaissait l’objet maudit. Une arme dangereuse et puissante. Elle causait de terribles blessures, non seulement empoisonnées, mais elle injectait aussi à l’intérieur des particules de Mortepierre. Impossible de soigner magiquement les plaies... Et elle pouvait ainsi également passer au travers de la plupart des protections magiques ! Une arme vraiment terrible.
"Voilà qui est grave. Sortons d’ici et allons faire parler les cadavres que tu nous as gentiment laissés... Enfin, ceux à peu prés intact."
Ezéchiel frissonna de rage, mais se força à se calmer. Surtout en présence d’Hagell. Celui-ci était trop intelligent à son goût... Si l’ange sombre ne se trompait pas, l’arme dérobée allait servir contre le groupe de Derym. Hagell ne devait en aucun cas être impliqué là dedans.

Les ombres avançaient silencieuses, furtives parmi de somptueux jardins simplement éclairés par la douce lumière des deux lunes quasi-pleines qui filtrait au travers de lourds nuages de pluie. Seul un observateur particulièrement attentif et malin aurait put desceller leur danse étrange et remarquer leur synchronisation, progressant à chaque disparition des lunes, sans un bruit. Les hommes enténébrés se glissèrent en silence, progressant vers un pavillon somptueusement décoré tout en évitant les nombreux pièges et chausse-trappes de la résidence d’été de l’Empereur d’Hira Ku. Les intrus se faufilèrent discrètement à l’intérieur. Pas une planche ne craqua. Ils étaient doués. Une servante de nuit et deux gardes payèrent leur dévotion à leur maître de leur vie, mourant dans un doux gargouillis sanglant, avant même de voir leur agresseur.

Finalement les assassins atteignirent la pièce où dormait paisiblement leur future victime. Conciliabule de gestes. Le Plan fut mis au point et approuvé. Les meurtriers dégainèrent leurs dagues de métal noir, sans reflet et se séparèrent pour se poster devant chaque entrée. Signal. Ils bondirent ensembles. Enfin, ils essayèrent... Le chef des assassins contempla avec effarement sa main, enfin le moignon sanglant qui venait de donner le signal d’assaut. Dernière vision : un kimono pâle, deux Wakizashi brillant virevoltant tels des papillons de mort sous les reflets de lumière lunaire qui filtrait de l’extérieur. En tout cas les meurtriers étaient des professionnels : ils ne s’émurent pas de la mort de leur chef et se ruèrent vers la cible, le prince Minoru, paisiblement endormi. Dussent-t-ils mourir à la tache, ils rempliraient le contrat ! ++++ Ils réussirent. Du moins à mourir. Kunaï, shuriken et tempête de wakizashi balayèrent les assaillants à une vitesse impossible. En un éclair sanglant il ne resta plus qu’un seule silhouette androgyne, vêtue d’un kimono rose pâle et portant un masque aux motifs floraux. Yume, la Gardienne des Racines du Cerisier.
"Cela faisait longtemps qu’ils n’avaient pas essayé..." murmura la garde du corps dans un souffle, tout en vérifiant que Minoru allait bien. _ Le Prince ne s’était même pas réveillé, n’avait rien entendu du massacre. Yume ne vérifia même pas si l’assassin qu’elle avait volontairement épargné était encore vivant. De tels professionnels préféraient la mort à la capture et à l’humiliation... Oui, quelques mouvements spasmodiques et il s’immobilisa. Poison, un classique. La ninja se glissa dans les ombres et attendit... Quoi ? Pas de deuxième vague ? C’est vrai que la première avait été nombreuse et l’idée de s’introduire simultanément par toutes les portes astucieuse. Mais ils avaient sous-estimé sa rapidité.

Soudain Yume se sentit mal à l’aise. Son sixième sens de tueuse la mettait en garde. Non ! Pas son sixième sens. Son amulette de détection de la magie ! Elle se rua vers le cadavre le plus proche et d’un coup de ses armes, lui ouvrit son armure de cuir sombre. Des fioles explosives ! Assez pour pulvériser tout le pavillon ! A une vitesse inhumaine, la ninja bondit de corps en corps, soulevant à chaque fois le cadavre piégé. Yume fit un geste. Vite !

Tourbillon flou. Téléportation. Les assassins et la Gardienne des Racines du Cerisier s’abattirent dans les eaux glacées du lac sacré de la propriété. Yume prit appui au fond de l’eau et jaillit hors de l’eau dans un bond impossible. Quasiment au même instant, le piège magique se déclencha, déchiquetant les corps et propulsant des tonnes d’eau surchauffée dans le firmament. Sans un bruit. Interloqué, Yume atterrit sans grâce et légèrement blessée malgré ses protections sur la berge. Pourquoi avait-on jugé utile d’inclure un sort de Silence sur les bombes ?
"Oh non ! Une diversion !" gémit la jeune femme au comble de la terreur. Affolée, elle prononça en toute hâte l’invocation qui la ramènerait dans la chambre de Minoru. Priant pour qu’il ne soit pas trop tard.

Elle se rematérialisa et vit sa pire crainte confirmée : il y avait bien d’autres assassins. Mais heureusement, ceux-ci était hors d’état de nuire, capturés tels des insectes venimeux pris dans la toile dorée d’une chaîne d’or.
"Dieu merci !" souffla Yume. Onyshahell sortit doucement des ombres, maintenant son contrôle sans faille sur les prisonniers.
"Très flatteur, mais vous y seriez arrivée aussi... Je connais votre incroyable vitesse." commenta l’ambassadeur.
"Peut être. Peut être pas. J’ai... faillit."
"Non, car il est sauf. Par contre je l’ai endormi. Même pour un Prince Psion, ce n’est pas un spectacle très recommandable."
"Nous ne pourrons jamais vous remerciez votre excellence. C’est passé vraiment très près ! Je ne comprends pas comment la seconde vague a pu m’échapper."
"Regardez mieux. Et écoutez."
La Gardienne des Racines du Cerisier fit ce que recommandait l’Ambassadeur. Et elle compris.
"Des Vampires... Bien sûr ! Je ne pouvais ni les détecter par infravision, ni par leur battement de cœur."

"Oui, l’élite de l’élite de Bhaal... Un mouvement sans précédant." "Nos prêtres se chargeront de faire parler ceux-ci... Mais, excusez-moi de cette indécente question, mais comment et pourquoi êtes vous dans le Sanctuaire Intérieur à cette heure indus ?"
"Chance, intuition et analyse. Mon ambassade a été pareillement attaquée il y a quelques instants, bafouant toute nos conventions et nos systèmes de sécurité. C’était le groupe de Derym la cible..."
"Les étrangers ? Mais pourquoi donc ? Et votre ambassade a été désignée comme terrain neutre par l’Empereur ! Aucune Guilde n’aurait osé aller à l’encontre du vouloir de sa Seigneurie."
"En tout cas, ces assassins sont bien réels. Et dangereux. Halonn, mes hommes et moi n’avons pas chômé. C’était encore pire qu’ici. Un tel fanatisme..."
"Très inquiétant." termina Yume. ++++ Il n’y avait pas que ça d’inquiétant. Onyshahell par exemple. Non seulement il venait de prouver qu’il pouvait s’introduire dans le Sanctuaire Intérieur, mais il avait également révélé qu’il connaissait les talents honnis du Prince... Quel précieux levier de chantage diplomatique ! Sans compter ce sauvetage... Si c’en était bien un... Pourtant elle devait lui faire confiance : il avait tout de même sauvé le Prince, alors qu’il aurait put. Une pensée glacée s’insinua dans son esprit.
"L’Empereur ! Son Gardien est compétent, mais fort âgé ! Onyshahell, je vous en conjure, pourriez-vous aller vérifier si..."
"Inutile. Un ami s’en charge." répondit l’elfe.

"Il va bien d’ailleurs." fit une voix venant des ténèbres.
Un demi-elfe en toge noire se matérialisa dans la pièce, accompagné d’une mince silhouette masquée, drapé dans un vieux kimono gris-blanc. La vieille Gardienne des Racines du Cerisier de l’Empereur.
"Tout le monde se moque donc de nos coûteuses protections anti-Téléportation ?" pensa Yume, légèrement vexée.
"L’Empereur vous remercie, étrangers... Maintenant que le danger est apparemment écarté, il vous demande si vous pouvez quitter le domaine... Tout en vous tenant prêt à répondre à d’éventuelles questions."
"Que de gratitude !" ricana le demi-elfe aux yeux vert. "Ce vieux grigou pourrait au moins nous offrir un bon saké et une partie de Go. Quel manque d’hospitalité !"
"Il protège sa famille, c’est tout..." argumenta Onyshahell. "Nous y allons donc. Nous serons à l’Ambassade si vous avez besoin de nous. Nous aussi avons des affaires à régler."

"Ouais, on a du cadavre ambulant à faire parler !" grogna le mage en ouvrant un Portail Dimensionnel. Il s’arrêta un moment pour dévisager Yume. "Et bon boulot aussi. Continuez à protéger votre p’tit frère comme ça : j’aime bien ce gosse."
Et ils disparurent. Les deux Gardiennes des Racines du Cerisier se regardèrent, interloquées : ils savaient ! Le grand secret des protecteurs de la famille impériale... La première fille de chaque génération était conçue et élevée en secret pour protéger les descendants mâle à venir. Un secret inviolé depuis des millénaires. Connu par des étrangers !
"Ils sont dangereux..." commença Yume.
"Mais je ne nous crois pas capable de les éliminer." continua son aînée dans un soupir.

Onyshahell et GaHell se matérialisèrent au cœur de l’Ambassade. L’Archimage fit un geste, activant des défenses anti-Clairevision.
"Bhaal est très agressif..." commença-t-il.
"Oui, c’est étonnant. Dans cette société, l’assassinat est très codifié, ritualisé... Ceci n’a aucun sens."
"On dirait qu’il est désespéré, pour sacrifier ses fidèles ainsi."
"Quelle menace peut donc représenter Derym pour un Dieu majeur ?"
"Aucune idée, je cherche encore. Sûrement quelque-chose en rapport avec sa mission... Mais j’ignore encore quoi. Bon sang ! Les Druides sont vraiment trop mystérieux ! J’aimerais bien aller en secouer un ou deux."
"Euh... Mauvaise, idée. Mon ami, tu n’as déjà pas la côte avec les Dieux en ce moment. Et Miellikki te fait la gueule."
"Et je suis totalement incapable de localiser précisément ces Temples élémentaires. Je n’ose m’y téléporter au hasard... Les barrières sont puissantes." ++++ "On avance dans le brouillard."
"Pour le moment, oui. Continuons à observer à distance et à intervenir que discrètement." décida le Mage GaHell. "D’ailleurs, à propos, tu as réussi à faire ce que je t’ai demandé ?"
"Oui, pas trop dur, avec cette agitation. Mais je ne le referais pas... Blesser une jeune femme endormie." "_ Elle n’a rien sentit et tu l’as soignée après, non ?"
"Certes, mais ça heurte mes principe."
Onyshahell tendit néanmoins une dague ensanglantée au demi-elfe.
"Et que vas-tu faire de ça ? Nécromancie ?"
"Non. Génétique."
"Hein ?"
"Tu ne comprendrais pas... Disons que cette Thiki m’intéresse et que ceci va m’en apprendre un peu plus."

Commentez !
Un message, un commentaire ?

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)



Qui êtes-vous ? (optionnel)