Invocation
MageGaHell Aerth
Aerth, récits fantastiques
4 commentaires     T T T  
MageGaHell's Anime Harem

MageGaHell’s Anime Harem

(MageGaHell’s Blog - Anime/Manga - 24/01/2009)

Déjà rien qu’avec ce titre, ça promet moult visites rigolotes.
Il m’a été demandé par Namkca et je le fait parce que ça cumule la chaine de blog useless à des trucs d’otaku pervers.
Myllena fait de même de son coté, je ne pouvais donc pas me débiner...
Le principe est relativement simple : choisir 8 "anime girls" pour se constituer un harem.
Voici donc le mien :
MageGaHell Harem

Explicitons un peu les choses... Alors, de gauche à droite, ligne par ligne, on a :

Lina Inverse (de Slayers) : Malgré son jeune âge et sa petite poitrine, il fallait que Lina soit dans mon harem !
En effet, puissante et intelligente (ça dépend des jours) magicienne, elle est en plus le comble de l’agitation et de la bourrinitude, chose que j’affectionne particulièrement.
Avec elle, aucun risque de s’ennuyer ! Et puis on a toujours besoin de quelqu’un qui peut raser une ville d’une main ou qui est prête à tout pour se taper un bon (et monstrueux) gueuleton.
Slayers est de plus une de mes séries préférés, qui nécessitera sans doute un post plus long et plus construit sur ce blog.

Rei Ayanami (d’Evangelion) : Classique, classique me direz-vous alors que les Asukafans fourbissent déjà leurs evacommentaires acides. Mais Rei est tout de même l’icône otakesque de la beauté froide, inaccessible et mystérieuse. Elle se devait donc de figurer dans ce harem.
De plus, l’image de Rei en kimono sous la Lune a été mon wallpaper pendant des éons sur mon premier PC, alors...

Ayumu Kasuga (dit Ōsaka, de Azumanga Daioh) : Ah, voilà une fille d’anime bien particulière. Ōsaka est tellement décalée, tête en l’air et bizarre qu’elle mérite sa place dans mon harem en temps que curiosité. Léthargique, imaginative et doté d’un sens de l’humour particulier : voilà qui colle parfaitement avec moi !

Excel (de Excel Saga) : Tout Maître du Monde en devenir se doit d’avoir une esclave entièrement dévouée à sa cause. Et malgré son incompétence suicidaire et débile, je choisis Excel pour me seconder pour devenir MoU (Master of Universes).
Hyperactive, maladroite, mesquine, décalée mais tellement drôle et imprévisible !


Balsa (de Serei no Moribito) : Après les molles ou les hyperactives, il fallait quelqu’un de plus mature et déterminé.
Mon choix s’est porté sur l’étonnante guerrière à la lance de Serei no Moribito. Sa philosophie de "guerrière pacifiste" m’a séduit, tout comme son agilité au combat, son sérieux et son obstination (oui, j’aime les gens affirmés).

Motoko Kusanagi (de Ghost In The Shell) : Pour un harem d’Otaku, il fallait une militaire ! Et un truc de geek, pour faire bonne mesure.
C’est donc logiquement que j’ai choisit le major Kusanagi, qui présente en autre l’avantage (?) d’être un cyborg. De plus, il s’agit d’une personne (ou d’un ghost) à la fois passionnée et réfléchie et suprêmement compétent.
Et puis elle représente mon premier contact avéré avec la censure de manga en France (les pages où elle..s’éclate... en réalité virtuelle avec des copines ont mystérieusement disparu de l’édition que j’avais alors).

Maam (de Dragon Quest : Dai no Daibōken) : Connue aussi sous le nom de Fuam, Maamu, Sam et マァム (c’est le bordel dans les traductions).
Initialement seule héroïne dans le groupe de Daï de Dragon Quest : Dai no Daibōken (plus connus chez nous sous le nom étrange de Fly), c’est pour ainsi dire le prototype d’une légion de fille d’anime : vous savez, les garçons manqués avec une force surhumaine qui frappe les membres pervers du groupe...
Bien, il m’en fallait une. De plus, c’est un personnage intéressant : elle n’est ni "potiche-healeuse", ni combattante of doom et sait plus ou moins avouer ses faiblesses (tant physiques que sentimentales)...

Tomoyo Daidouji (de Card Captor Sakura) : Comment ça, trop jeune ? Bah, il en fallait bien une...
Curieusement, j’aime bien Card Captor Sakura, de Clamp, notamment en manga.
J’aime les relations tordues et ambiguës de certains personnages, dont Tomoyo (avec son amour impossible pour Sakura). J’aime aussi sa position "neutre" par rapport à l’action, en retrait de l’héroïne mais la soutenant à fond et par delà son intelligence et son analyse fine des situations.
Et évidemment, sa passion pour le cosplay froufrouteux la rendait indispensable dans ce harem.

4 commentaires
Un message, un commentaire ?

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)



Qui êtes-vous ? (optionnel)