Invocation
MageGaHell Aerth
Aerth, récits fantastiques
Commentez !     T T T  
Festival d'Annecy 2010 : Jour 4

Festival d’Annecy 2010 : Jour 4

(MageGaHell’s Blog - Confilture - 3615 My IRL - 10/06/2010)

Et ça recommence ! Toujours que du texte pour l’instant, la connexion étant trop pourrave pour permettre autre chose...

Gobelin du jour "Red River Bay" : bon, c’est bien dessiné, il y a une ambiance et ça bouge bien mais celui-ci ne m’a pas trop convaincu...

LMC6 (long Métrage en Compétition n°6)

One Piece Film "Strong World" : je n’avais jamais vu de One Piece "animé" (je suis distraitement le manga, car c’est dans la parution du vendredi, comme Naruto et Bleach. Quoi ? Oui, je suis ça, comme un kikotaku).
Au final, c’est... ben... un shonen. Un OAV de shonen, pour être précis. C’est à dire un scénario basique ("Oh mon dieu, le Grand Méchant Que Personne Connaissait Avant à enlever notre navigatrice sexy !) sans rapport avec l’histoire de base, avec moult bastons.
Cependant, ils ont les moyens vu le succès du manga/anime, alors la réalisation est à la hauteur (sans casser des briques non plus).
Bref, c’est distrayant, pas prise de tête, assez drôle et bourré d’action. On passe donc un bon moment sans s’ennuyer, mais on aura oublié ce film le lendemain.

Note : un des trailer.

LMC3 (Long Métrage en Compétition n°3)

Kerity la maison des contes : un film pour enfant assez mignon, une sorte de "Nuit au musée" (expression volée) dans le pays des contes.
Nathanaël est un jeune garçon qui ne sait toujours pas lire (mais qui connait son alphabet) et vient de recevoir en héritage de sa grand-mère une colossale bibliothèque (enfoiré, je rêve d’un truc pareil) de livre de contes, dans la maison qu’elle a léguée à ses parents (une presque ruine en bord de mer, re-enfoirés). Sa grande (enfin aps de beaucoup) soeur a reçut quant à elle une poupée (elle l’a un peu là, quand même).
Une tempête abime un peu plus la maison et pour parer aux frais engendrée, il n’y a pas d’autre choix que de vendre cette tonne de livre à un brocanteur peu scrupuleux.
Et cela, juste après que Nathanaël découvre que tous les livres sont des "originaux", abritant en miniature les héros des contes... Selon ceux-ci, si Nathanaël, nouveau "Gardien" choisit par feu grand-mère, ne lit pas la phrase magique rapidement, ils sont condamnés à disparaître (entrainant avec eux la disparition des contes pour enfants et du merveilleux).
S’en suit donc une course contre la montre pour Nathanaël, réduit à la taille miniature par la fée Carabosse, le Lapin Blanc, Alice et l’Ogre.
Classiquement, celui-ci finit par dépasser ses peurs, faire la paix avec sa grande soeur (en lui redonnant goût pour le merveilleux ou passage), sauver tout le monde et apprendre à lire (ce n’était apparemment qu’un blocage psychologique).
Coté animation, c’est assez joli et bien fait : ça prouve qu’il n’est pas nécessaire d’avoir de la 3D pour faire un truc sympa.
Au final, même si l’histoire est bateau et pleine de bons sentiments qui feront rouler des yeux les plus de dix ans, c’est assez sympathique et je me suis pas ennuyé (malgré quelques longueurs). Ah, je sais pas pourquoi "Kerity" (ou j’ai oublié, si c’était mentionné).

Note : trailer, en VF.


CMC2 (Cours Métrages en Compétition n°2)

Logorama : un action-movie mais fait avec... uniquement des logo/personnage de marques/entreprises ! Surprenant et bien fait. Je me demande comment ils ont fait pour obtenir les droits sur tous ça (y’a vraiment un nombre énormes de marques reconnaissable à l’écran). Voir Ronald MacDonald en preneur d’otage, le môme Haribo en garnement mal éduqué et le bonhomme Michelin en flic mal embouché, c’est vraiment surprenant et assez rigolo.
Bon, cette originalité dans la forme mise à part, le "scénario" est plus que basique.
Site web (avec vidéo intégrale en VO) : http://www.logorama-themovie.com/

Get The Picture : Ah, enfin un truc de dessin au trait mignon et poétique, bien fait, pas glauque ni psycho-tordu. Une fillette récupère en se baladant un étrange appareil photo abandonné, doté de certain pouvoirs...
Cela se laisse regarder sans déplaisir, l’animation est bien faite et le scénario assez inventif. J’ai bien aimé.
Site web de l’auteur, avec vidéo intégrale : http://www.aviofer.com/picture.html

Let’s pollute : visiblement inspiré des films/campagnes patriotique d’après guerre, ce cours présente un manuel du parfait petit pollueur fier de l’être.
C’est marrant cinq minute, mais ça fini par lasser. Légèrement plus cours, le (anti)message passerait mieux. L’animation est correcte, sans chichi.
Site avec trailer seulement : http://www.imdb.com/video/wab/vi165938201/

Sinna Mann : le cours "dépressif" de la sélection. C’est l’histoire d’un mari violent, dont le petit garçon fini par rapporter le comportement aux autorités (ici un Roi), après moult hésitations.
Mouaip. Je n’ai rien contre ce genre de cours "engagé" pour une cause... Mais je trouve la fin de celui-ci un peu trop "happy end" pour la gravité du sujet. Mais d’un autre coté, j’ai vu dans le générique que c’était sponsorisé par un centre de rééducation et non par une prison ou l’amicale de fabriquant de chaises électriques...
Je ne suis pas grand fan non plus de l’animation et du dessin. Donc, j’ai trouvé ça bof bof.
Note : mais le jury a visiblement apprécié... Ce cours gagne donc le Prix Spécial du Jury pour les Cours Métrages, le Prix du Public et le Prix Unicef.

Sinna Mann from Visuelt.org on Vimeo.

Extrait seulement (le début), en Norvégien.

Light Forms : des bidules aux formes étranges qui s’agitent/évoluent en synchronisation avec de la musique. Nominé pour la Bulle d’Or d’Annecy 2010 (récompense que décerne moi-même au cours complétement expérimental et non-sensique auquel je n’ai rien compris).
Notons quand même que, curieusement, je ne me suis pas ennuyé en regardant ce truc.

Flojtelos : histoire façon "dessin d’enfant" d’un oiseau qui n’arrive pas à chanter/siffler, alors que tout les autres oiseaux/animaux/gens le peuvent (j’adore le chat/tigre qui "siffle" du jazz).
Rien de bien palpitant, du classique.

The Cow Who Wanted To Be A Hamburger : Tous est dans le titre. Un veau aperçoit une affiche pour les "happy hamburger" et décide d’en devenir un, au grand dam de sa mère. Recalé au début, il s’entraine façon Rambo et sumo pour devenir une belle grosse vache musclée et être sélectionnée pour être envoyer à l’abattoir, sourire aux lèvres.
Là, évidemment, c’est pas aussi "happy" que ça, et donc la vache se rebelle et fini par s’échapper à l’aide de sa mère.
Rigolo, mais sans plus. Je ne suis pas très fan du design, même si l’animation est maîtrisée (c’est de Bill Plympton, qui n’en est pas à son coup d’essai).

Extrait (le début) seulement.

Red-End And The Seemingly Symbiotic Society : euh... un aperçut d’un pseudo-écosystème ? Des espèces de fourmis bâtissent une sorte de pouponnière-usine, pour créer des larves ce changeant en espèce de criquet qui dévorent toutes la verdure avant de mourir et de devenir le terreau d’une nouvelle verdure. Et les pseudo-fourmis recommencent.
Et au milieu de tout ça, une fourmis un peu à la ramasse, avec un abdomen rouge clignotant crée un pseudo-criquet à abdomen rouge clignotant, qui préfère se nourrir de fruit et batifoler plutôt qu’intégrer le cycle... Cocaïne please !
Niveau animation, c’est en stop-motion avec des modèles, y’a donc du boulot et c’est pas désagréable à regarder.
Mais c’est tout de même confusant...
Site web avec trailer et images : http://www.morphosis.nl/Portfolio.aspx/18/animation/red-end-and-the-seemingly-symbiotic-society.html

Au final : une sélection moyenne, avec du bon et du moins bon et aussi du bizarre (Light Forms, Red-End).

TV2 (Films de Télévisions n°2)

The Gruffalo : Maman écureuil nous raconte l’histoire de la souris et du Gruffalo. Une souris veut se rendre sous un noisetier pour bouffer quelques noisettes, quand elle croise d’abord un renard, puis un hiboux et enfin un serpent qui veulent la boulotter.
A chaque fois, la souris s’en sors en prétendant avoir rendez-vous avec son ami le Gruffalo. Comme personne ne sait ce que sait (vu que ça n’existe pas), elle le décrit à chaque fois plus menaçant et amateur de prédateur cuisiné (renard grillé, sorbet de hiboux et serpent bouillit).
Mais alors qu’elle arrive non loin de son but, la souris croise... un Gruffalo ! Qui s’avère parfaitement conforme à sa description fantaisiste à part que son plat favoris est plutôt la souris...
Mais le rongeur a plus d’un tour dans son sac : il assure au monstrueux Gruffalo que c’est lui la terreur des bois ! Accompagné du Gruffalo, la souris s’en va le prouver en épouvantant le renard, le hiboux et le serpent (forcement avec un Gruffalo qui fait coucou derrière, ça aide...)
La souris fini donc par faire peur au Gruffalo qui la laisse tranquille.
Bien fait, malgré une 3D qui pourrait être affinée pour les personnages, ce cours est bien amusant et son scénario (tout de même assez simple et répétitif) est bien construit. Plaisant.

Trailer seulement.
Note : Ce cours a remporté le Prix pour un spécial TV.

Meat or die : un...truc tonitruant japonais, avec deux pseudo-dinosaures stupides qui veulent bouffer un truc et qui finissent tabassés et humiliés.
Mauvais, tant scénaristiquement que graphiquement. Donne surement de l’épilepsie.

OVNI "Homo Horribilius" : un petit extraterrestre se retrouve au prise avec des monstres classiques : zombie, vampire, loup-garou... Particularité : quand l’extraterrestre meurt (souvent dans des giclées de fluides verdâtres, très martien), il rembobine le temps et essaye de plus se planter, comme dans le jeu Braid.
Amusant, même si y’a moins de "rewind" vers la fin. L’animation n’a rien d’extra-ordinaire, mais ce laisse regarder.

Commandant Clark "Un royal enquiquineur" : exemple typique de dessin animée pour la jeunesse sans le moindre intérêt, sans saveur. Histoire navrante et vu et revus (un gamin prince à qui on passe tout les caprices jusqu’à ce qu’il se mette dans la merde et découvre qu’il a besoin des autres), avec pour seule "originalité" des animaux anthropomorphiques (non, c’est pas original en fait) dans l’espace. Graphismes et animation navrante. Humour de bas étage.
Et en plus c’est mou, je me suis royalement ennuyé !

Comme à la maison "24 heures 4 chrono" : animation à base de poupée/marionnette façon barbie/ken moche. Sans le moindre intérêt. Quelques jeux de mots bien foireux. Pour l’histoire (faut le dire vite) : la fille a la permission de minuit et le père devient de plus en plus inquiet/parano/fou au fur et à mesure que le temps passe et que l’heure fatidique se rapproche.

Hipira-kun : une histoire (plusieurs petites en fait) d’un jeune vampire plutôt nul, maladroit et gaffeur, accompagné d’un spermato...d’une espèce de fée/âme nommé Soul (dieu que c’est original).
Rien de bien folichon, l’intro/générique avait pourtant graphiquement de la gueule. Les "scénarii" des historiettes ne cassent pas trois pattes à un canard. A noter la présence (apparemment) de Katsuhiro Otomo au générique (on est looooiiiin d’Akira !^^)

Note : Attention, vidéo de fansub, donc c’est le Mal. Vous trouverez l’intégralité de la séries là bas. Je pense que les épisodes présentés ici étaient les 01, 02 et le 10 (dernier de la saison).

Stromsparen : mise en animation (via objets/maquettes) d’idées de jeunes enfants pour économiser de l’énergie. L’écologie par les tout petits, ça donne parfois des trucs drôles.
Mais c’est sommes toutes un peu léger. Et puis, c’est les gosses aux idées tordus qui font tout le boulot !

Au final : une sélection relativement décevante, à part pour Gruffalo et l’alien-Braid (dont le concept est amusant cinq minutes).

Commentez !
Un message, un commentaire ?

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)



Qui êtes-vous ? (optionnel)